Anglais Japonais Chinois Allemand Néerlandais Espagnol Portugais

    Actus

    Les Hauts-de-France ouvrent un bureau à Londres

    Lincoln House – 300 High Holborn – London. Voici la nouvelle adresse des Hauts-de-France au Royaume-Uni. Un bureau qui vise à renforcer les liens économiques entre la Grande-Bretagne et la Région

    Second investissement Roquette à l’usine de Vic-sur-Aisne

    Le leader mondial en nutrition sur les ingrédients innovants d’origine végétale renforce sa présence en Hauts-de-France avec un investissement de 40 millions d’euros dans les protéines de pois dans l’Aisne.

    Toutes les actualités

    La 3ème Révolution Industrielle source infinie d’innovations

    20 janv. 2015 | Matériaux avancés

    Inspirée par les travaux de l’économiste américain Jeremy Rifkin, le Nord-Pas de Calais s’est engagé dans la 3ème révolution industrielle. Focus une sélection d’innovations qui visent à positionner la région parmi les leaders de l’économie décarbonée à l’horizon 2050.

    3ème révolution industrielle Nord-Pas de Calais

    USINES, PRODUITS ET MATERIAUX

    Rio Tinto Alcan : Quand l’efficacité énergétique devient l’enjeu stratégique n°1

    Leader mondial de l’industrie de l’aluminium, Rio Tinto Alcan est un fournisseur de bauxite, d’alumine et d’aluminium. L’usine de Loon-Plage, près de Dunkerque, plus grosse usine de production d’aluminium primaire d’Europe, consomme à elle seule la moitié de la puissance énergétique d’un réacteur de la centrale nucléaire voisine de Gravelines. Cela l’oblige à tendre vers une meilleure efficacité énergétique. Bon élève au sein du groupe Rio Tinto Alcan, l’usine dunkerquoise consomme 13 100 kW/heure par tonne d’aluminium produite, malgré une augmentation de production de 25%. D’autres actions ont été menées comme la rénovation du four à cuire et l’optimisation de la régulation des fours aux secteurs Carbone et Fonderie. Ces actions ont permis de réduire la consommation de gaz respectivement de 10 % au Carbone et de 25% en Fonderie.

    Mäder invente un procédé pour alléger les matériaux et demain les voitures ?

    C’est une innovation mondiale, et elle est lilloise ! Mäder, un des leaders mondiaux des peintures industrielles, a mis au point une technologie dite de photopolymérisation à froid permettant de remplacer certaines pièces métalliques par des pièces en matériaux composites. Cette invention participerait à l'abaissement de 20 à 30% du poids d’un véhicule, et permettrait d’atteindre une consommation de  2 litres aux 100 km et ses applications iront probablement bien au-delà ! Mäder a signé un contrat d’exclusivité mondiale avec l'équipementier automobile Faurecia, qui pourrait déboucher entre 2017 et 2020 sur une production de masse de pièces dites de structure. Ce procédé à froid réduit considérablement la durée du cycle de fabrication, sans dépense d’énergie et sans chaleur, le tout à une cadence de production d’une pièce par minute. Le défi sera désormais d'essayer de fabriquer des pièces en polymère non plus à base de pétrole, mais d'origine végétale.

    Avec les microalgues, Roquette fournit des ingrédients alimentaires de nouvelle génération

    Cinquième acteur mondial de l’industrie amidonnière, Roquette place plus que jamais le développement durable au centre de sa démarche d’entreprise. Avec la création d’une unité de production de microalgues sur le site historique de Roquette (à Lestrem), le géant de l’amidon  a décidé de conforter sa place d’acteur majeur dans les domaines de l’alimentation, de la nutrition et de la santé. Après 8 ans de recherche, Roquette a dévoilé sa nouvelle unité de production ultra moderne, qui positionne l’entreprise sur un marché émergent : celui des microalgues. Dans sa nouvelle unité industrielle, Roquette  a choisi de produire une seule microalgue, la chlorelle, qui offre une nouvelle gamme d’ingrédients alimentaires. L’usine est en capacité de produire 4 000 à 5 000 tonnes de cette farine nouvelle d’algue, grâce à un procédé de fermentation breveté. Mais ce n'est qu'un début. Bientôt, cette filière sera capable d’apporter des solutions nutritionnelles innovantes et durables face aux enjeux des années à venir (obésité, vieillissement de la population, sécurité alimentaire, bien-être,…).

    MOBILITE

    DBT-CEV en pôle position pour alimenter le parc mondial de véhicules électriques

    Recharger les batteries de voitures électriques en moins de 20 minutes ! Une avancée très attendue que permet la solution Quick Charger, mise au point par la PME artésienne DBT-CEV. Dans ses ateliers sont fabriqués plus de 70% des bornes rapides aujourd’hui installées en Europe. 17 pays européen ont choisi DBT, sans compter Israël, l’Afrique du Sud, la Russie ou encore l’Australie ! La plupart sont implantées à des endroits stratégiques : aires d’autoroutes, parkings de la grande distribution, parcs d’activités… Associée au géant Renault-Nissan, DBT-CEV est en train d’équiper 130 stations-service du groupe Auchan (dont 21 dans le Nord-Pas-de-Calais). Sur ce marché de la mobilité douce, très prometteur à l’échelle mondiale (20 millions de véhicules électriques et hybrides à l’horizon 2020 !), DBT-CEV a encore de belles perspectives de développement. 

    ENERGIE

    La filière hydrogène teste ses applications grandeur nature à Dunkerque

    Le Nord-Pas de Calais s'est fixé comme objectif de couvrir 100% de sa consommation énergétique par les énergies renouvelables à l'horizon 2050. Or, l’éolien et le solaire produisent de l’électricité de façon intermittente à des moments où les consommateurs n’en ont pas forcément besoin. Il est donc nécessaire de trouver des moyens de stockage ou de valorisation de cette énergie. Le projet GRHYD, expérimenté à Dunkerque,  (Gestion des réseaux par l’injection d’hydrogène pour décarboner les énergies), mené par GDF SUEZ au sein d’un groupement de 11 partenaires, propose de transformer en hydrogène directement consommable à l'état gazeux cette électricité non utilisée. Au-delà des enjeux techniques d’innovation et de maîtrise de l’énergie, le projet GRHYD permettra de valider ou non la pertinence économique de la filière hydrogène.

    Un grand vent d’innovation souffle sur l’éolien terrier et offshore

    A l’horizon 2020, et suivant les objectifs du Grenelle de l’environnement, la production électrique annuelle issue de l’énergie éolienne du Nord-Pas de Calais devrait être de 1200 MW, dont une partie en mer. VoileO a conçu une éolienne à voiles, qui s’orientent en fonction du vent pour en augmenter le rendement, tandis qu’Apple-wind a créé des éoliennes à axe vertical et à haut rendement, dont le design révolutionnaire leur permet de s’intégrer harmonieusement sur des bâtiments urbains. Acta Terra vise quant à elle l’efficacité au meilleur prix en proposant un système éolien domestique, modulaire et silencieux, permettant de réguler la production d’énergie entre l’été et l’hiver, le jour et la nuit. À Onnaing, l’entreprise DDIS a inventé une éolienne de nouvelle génération plus compacte, moins lourde et qui ne s'arrête pas en cas de micro-coupures électriques. Economique, fiable et résistante, elle pourrait ainsi être déployée en pleine mer. Côté offshore justement, la start-up lilloise Nénuphar a sans doute réalisé le coup du siècle en inventant une éolienne flottante de haute mer : Vertiwind. Son look étrange surprend autant que ses atouts : celle-ci flotte et ses pales tournent autour d’un axe vertical.

    Avec le projet Eurobioref, la région imagine la bioraffinerie du futur

    Demain, il sera possible de substituer le pétrole par de la ressource végétale afin de concevoir des produits à haute valeur ajoutée. La bioraffinerie du futur, mise au point par le dispositif de recherche EuroBioRef, piloté depuis Lille par le professeur Franck Dumeignil, chercheur à l'Université de Lille 1 et directeur adjoint de l’UCCS (Unité de catalyse et chimie du solide), révolutionnera la chimie en Europe. Après 4 années de travail et le dépôt de 33 brevets, ce gigantesque chantier industriel et universitaire a rempli son objectif : élaborer une nouvelle génération de bioraffineries capables de transformer diverses sources de biomasse (ricin, saule, chardon, etc.) en produits à forte valeur ajoutée. Biocarburants pour l’aviation, polymères, solvants : les enjeux de la bioéconomie sont considérables puisqu’aujourd’hui 90% des produits manufacturés utilisent la chimie. Au total, près d’une trentaine de produits auraient déjà trouvé des débouchés commerciaux, comme ces chaussures de sport conçues par Arkema à partir d’huile de ricin. Dans un futur proche, des usines dédiées à la bioressource pourraient voir le jour dans la région.

    Total lance son projet de biocarburant bioTfueL à Dunkerque

    Le géant pétrolier Total vient d'annoncer le lancement de son projet bioTfueL, sur le site de l'ancienne raffinerie des Flandres près de Dunkerque. Un investissement de 180 millions d'euros pour la mise au point d'un biocarburant de deuxième génération, fabriqué à partir de déchets végétaux. L’ex-raffinerie des Flandres va devenir le théâtre de l’un des plus importants projets de recherche en France. Avec la création d’une usine pilote, le site de Dunkerque deviendra un centre de production de biocarburant en vue de faire avancer la recherche dans ce domaine. Fin 2016, l’Établissement des Flandres comptera une usine pilote de production de biogazole et de biokérosène de deuxième génération.

    HABITAT, BATIMENT, ESPACE URBAIN

    Réhafutur le projet dédié à l’éco-réhabilitation

    Le cd2e (centre expert des éco-activités) pilote Réhafutur, un programme expérimental et innovant d’éco-rénovation avec usage d’éco-matériaux. Son objectif : rénover plusieurs maisons des corons de Lens, Liévin et Loos-en-Gohelle, les rendre moins énergivores et créer un vaste show-room, lieu d'échanges entre industriels, artisans et chercheurs.

    Le parc des industries Artois-Flandres investit dans le bâtiment à énergie positive (regain)

    Construit par le Siziaf, gestionnaire du Parc des industries Artois-Flandres, et inauguré en 2010, REGAIN est le premier bâtiment industriel à énergie positive au nord de Paris. Le bâtiment a été conçu selon une démarche HQE garantissant une haute performance énergétique (niveau BBC) et environnementale : utilisation d’éco-matériaux, optimisation des eaux pluviales, qualité sanitaire de l’air. Sa conception bio-climatique permet d’optimiser les apports solaires et de couvrir 40% des besoins en chauffage. En outre, sa toiture photovoltaïque améliore le bilan énergétique du bâtiment.

    Le réflecteur espaciel fait entrer plus de lumière dans la maison

    La jeune entreprise lilloise Espaciel conçoit, fabrique et commercialise son réflecteur de lumière. Fixé dans l’entourage d’une fenêtre, horizontalement ou verticalement, à l’intérieur ou à l’extérieur, le réflecteur redirige la lumière vers l’intérieur de la pièce. Il permet d’augmenter le flux de lumière naturelle entrant de 50%, sans travaux, facilement et pour un coût nettement inférieur à un élargissement de fenêtre. Eclairage naturel, chauffage gratuit l'hiver, contact avec l'extérieur, bien-être des occupants : le réflecteur offre une réponse innovante et écologique au manque de luminosité de certains habitats, notamment urbains.

     

    Source : Livre Nord-Pas de  Calais La troisième révolution industrielle en marche !

    <- retour: