Anglais Néerlandais Japonais Chinois Allemand Espagnol Portugais

Lieu de création du métro automatique, la région lilloise prend désormais en charge la section VAL

07 mai 2012 | Investissements, Mobilité

Siemens confie la responsabilité mondiale du business des métros automatiques VAL et Néoval à son centre de compétences français implanté à Lille et Châtillon

Siemens - métro automatique VAL- mobilité - transport Lille Region

Précurseur et leader dans le domaine des métros sans conducteur, le Centre de compétences de Siemens pour les métros automatiques développait déjà à Lille et en région parisienne une importante activité de Recherche & Développement. Dans le cadre de la nouvelle organisation mondiale de la Business Unit MCL (Metro, Coaches et Light Rail) de la Division Rail Systems du groupe, Siemens recentre l’ensemble du marché mondial du métro automatique VAL dans le centre de compétences de Lille et Châtillon.

L’entité française aura en charge le développement de l’offre produit jusqu’à l’entretien des lignes construites, en passant par la commercialisation, le pilotage des projets, la qualification et la mise en service des systèmes Val (véhicule automatique léger) et Néoval (successeur du VAL), toutes zones géographiques confondues.

On compte déjà dans le monde 9 lignes de métros entièrement automatiques allant du métro de Lille (précurseur dans ce domaine), au récent métro de Turin, en passant par les métros de Chicago et Taipeh.

Ce recentrage témoigne parfaitement de la solide réputation que s’est construit le Nord-Pas-de-Calais dans le domaine ferroviaire ainsi que dans le secteur de la recherche. Cette décision devrait déboucher à terme sur de nouvelles embauches et des investissements dans la région.

Sources : siemens

Retour

Actus

Innosphère : plateforme partagée de veille en innovation

Innosphère est une plateforme de la CCI Hauts-de-France permettant un accès facilité à la recherche d’informations autour de l’innovation en Région.

Début des travaux Refresco en Hauts-de-France

Suite à l’investissement de 97 millions d’euros annoncé en début d’année, les travaux pour la construction d’une nouvelle unité de production Refresco dans le Nord (Le Quesnoy) ont débuté !