Anglais Néerlandais Japonais Chinois Allemand Espagnol Portugais

Durisotti, la confiance regagnée

30 juin 2020 | À la une, Mobilité, La région en mouvement

Un an après, quels bénéfices Durisotti a-t-elle retirés de son rachat par le britannique GFG Alliance ? Et quel est l’impact du COVID sur la société fraîchement reprise ?

Reprise de Durisotti par GFG Alliance, une pérennité retrouvée

Mars 2019, le groupe britannique GFG alliance reprend le constructeur-carrossier Durisotti (Sallaumines, Hauts-de-France).


Un an après, nous faisons le point avec Philippe Baudon, DG de Liberty Europe et Jean-Claude Morel, Responsable des Ventes Spéciales Et Grands Comptes Publics chez Durisotti.

Quelles actions ont été mises en place au sein de Durisotti, suite à sa reprise par GFG Alliance ?

La priorité lors du rachat de Durisotti s’est portée sur le renforcement des équipes (acheteur, homologation et qualité, direction industrielle…).

Nous commençons également à développer des synergies intéressantes avec les autres entités du groupe sur les fonctions de gestion et d’achat notamment.

Enfin, cela a permis à Durisotti d’avoir de nouveau contacts, en France ou ailleurs, desquels pourraient découler de nouvelles opportunités.

Mais le principal bénéfice de cette reprise est le regain de confiance de nos partenaires et la lisibilité de l’entreprise sur le marché automobile.

Grâce à ce rachat par un grand groupe international, Durisotti est à nouveau perçue comme une entreprise fiable et pérenne.

A la fois par nos partenaires publics (ministères) et privés (constructeurs automobiles, notamment Renault et PSA, loueurs…).

Cela nous a également permis de renouer des liens avec des constructeurs comme Volkswagen ou Ford, avec qui nous ne travaillons pas encore. 

Et de décrocher des contrats que nous n’aurions peut-être pas eu quelques mois auparavant, avec nos propres clients.

Un an à peine après la reprise, la crise du COVID vient durement impacter le secteur automobile. Quelles conséquences pour Durisotti ?

L’usine a dû être totalement fermée pendant le confinement pour 3 raisons :

  • La protection de nos salariés
  • L’arrêt de la chaîne d’approvisionnement
  • La fermeture de nos clients

L’activité a redémarré le 11 mai, en mettant en place les mesures de protection et de distanciation nécessaires. 

Toutes les actions mises en place depuis la reprise de Durisotti en 2019 ont eu un impact positif et nous permettent de mieux vivre cette période de crise.

Grâce au dialogue ouvert avec les salariés et aubon climat social qui règne au sein de l’entreprise, la reprise s’est faite de façon douce et progressive.

Nous sommes aujourd’hui revenus aux 2/3 de nos effectifs et espérons que l’activité va encore s’intensifier pour organiser rapidement une reprise totale.

Nous ne notons pas, à l’heure actuelle, d’annulations de commandes. 

La pérennité retrouvée de l’entreprise et l’image solide qu’elle renvoie portent leurs fruits, même en ces temps difficiles.

Comment vous projetez-vous dans ce monde après COVID ?

Il est évident que la crise va engendrer de nouveaux modes de vie et de consommations.

Nous essayons de tirer parti de cette situation inédite. 

La santé retrouvée de Durisotti nous permet de saisir rapidement les nouvelles opportunités qui pourraient se présenter.

Le premier exemple, le plus concret, sont les gestes de distanciation et de préservation sanitaire.

Pour répondre à ce besoin à l’intérieur des véhicules, nous avons créé un kit de séparation anti-postillon spécifique, entre le chauffeur et ses passagers (avant et arrière) ainsi qu’entre le conducteur et le ou les passager(s) avant droit.

Ces écrans équipés de velcro sont faciles à monter et connaissent un grand succès.

De façon plus générale, nous devons considérer la part de marché de plus en plus importante du véhicule électrique, qui va continuer de se développer.

Bien qu’il y ait peu de différences pour nous, dans notre compétence d’aménagement des véhicules, ce segment peut représenter de nouvelles opportunités.

Enfin, il se pourrait qu’il y ait une augmentation de la création de véhicules d’intérêt sanitaire (type voiture labo) demandant des aménagements particuliers dont nous avons l’expérience au sein de Durisotti.

Durisotti, un savoir-faire rare

Créée en 1956, Durisotti est une entreprise automobile, spécialisée dans la transformation et l’aménagement de véhicules utilitaires légers (jusque 3.5 T).

L’objectif de l’entreprise est de permettre à ses partenaires (constructeurs et loueurs principalement), d’élargir leur offre produit.

Branches principales de l’activité :

  • La sous-traitance constructeurs (principalement pour Renault et PSA) : production de kits d’aménagement des véhicules (ex : Caisses Grand Volume, cabines approfondies…)

  • Ventes spéciales : création et réalisation d’aménagements en moyennes et grandes séries en réponse à des besoins spécifiques (véhicules d’intervention pour la police et la gendarmerie, fourgons pénitenciers, véhicules de transport des personnes à mobilité réduite, découpe de porte avant droite pour passage au-dessus des glissières de sécurité destiné aux véhicules autoroutiers…)

  • Moyennes et grandes séries pour des grands comptes privés : loueurs et assureurs, sociétés de construction (Vinci, Eiffage…) etc.

Très polyvalent, le groupe possède une quarantaine de métiers (plasturgie, sellerie, tournage, carrosserie…) qui lui ont permis de se diversifier au fil des années. 

En cas de besoins spécifiques, Durisotti sait s’adapter et proposer des solutions concrètes et innovantes répondant aux besoins de ses clients, notamment grâce aux compétences de son bureau d’étude.

Le groupe Durisotti compte 4 sites en France :

  • Sallaumines (Hauts-de-France)
  • Agen (Sud Ouest)
  • Durisotti Metz  et Durisotti Lorraine

Le site de Sallaumines, maison mère du groupe, s’étend sur 18 hectares.

Il compte 190 salariés, pour une production annuelle de 18 500 véhicules.

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Retour

Actus

[Industrie automobile] 8 idées reçues qui vous empêchent de vous implanter en France

« Le coût du travail est trop élevé en France. » « Les français ne travaillent pas assez. » « Les impôts en France sont trop élevés. » Découvrez en 8 points clés ce qui vous empêche de profiter du potentiel de...

Obésité : le CHU de Lille site pilote européen

À la pointe de la technologie, le CHU de Lille expérimente un nouveau procédé de lutte contre l’obésité : le B-Clamp. Une première européenne.