Anglais Néerlandais Japonais Chinois Allemand Espagnol Portugais

Toyota au cœur de la 1ère région automobile française

17 janv. 2020 | À la une, Mobilité, Investissements

Implanté en Hauts-de-France depuis plus de 20 ans, le groupe japonais a bien compris que la région possède de nombreux atouts pour le secteur automobile. La preuve, ils ont choisi d’y lancer 2 nouveaux modèles !

automobile, toyota, yaris

Les Hauts-de-France, 1ère région automobile française

Les Hauts-de-France offrent de nombreux atouts pour les professionnels de l’automobile. Ce secteur stratégique français, représente 400 000 emplois, dont plus de 50 000 en Hauts-de-France. Des chiffres auxquels Toyota n’est pas étranger, avec 4 500 employés à horizon 2020 sur son site d’Onnaing.

La région se classe 1ère de l’Hexagone en production de véhicules. Elle bénéficie d’une position unique au cœur de l’écosystème automobile européen avec 2/3 des constructeurs dans un rayon de 500 km. Et jouit de la présence de 3 constructeurs mondiaux : Toyota, PSA et Renault.


En savoir plus sur le secteur automobile en région.

Toyota en Hauts-de-France : un site, deux véhicules

C’est l’actualité chaude de la semaine, le groupe japonais annoncé mardi la production de son nouveau SUV en France, sur son seul et unique site français à Onnaing, près de Valenciennes. Le petit dernier devra donc cohabiter avec l’incontournable et historique production locale, la Yaris !

  Toyota, une nouvelle production en Hauts-de-France

  La Yaris, 4 générations de véhicules produits en Hauts-de-France

  Le FEAL, RDV incontournable de la flière auto

 

 

Sources : Toyota, l’usine nouvelle

 

 

 

Retour

Actus

[Industrie automobile] 8 idées reçues qui vous empêchent de vous implanter en France

« Le coût du travail est trop élevé en France. » « Les français ne travaillent pas assez. » « Les impôts en France sont trop élevés. » Découvrez en 8 points clés ce qui vous empêche de profiter du potentiel de...

Durisotti, la confiance regagnée

Un an après, quels bénéfices Durisotti a-t-elle retirés de son rachat par le britannique GFG Alliance ? Et quel est l’impact du COVID sur la société fraîchement reprise ?