Herta investit 58,5 M€ en Hauts-de-France

Herta : un investissement global de 85 M€

Herta, co-détenue par Nestlé et l’Espagnol Casa Terradellas, vient d’annoncer un plan d’investissement national de 85 M€ sur deux ans.

Une première qui témoigne de la santé de l’entreprise, dont les investissements annuels tournent généralement autour des 15 M€.

Cet investissement massif devrait permettre à l’entreprise d’améliorer les conditions de travail des employés, d’augmenter ses capacités de production et de fluidifier sa logistique, mise à l’épreuve par la crise sanitaire.

Découvrez notre article sur les 3 dangers de l’éloignement des sites en temps de crise

58,5 M€ de l’investissement Herta destinés à la région Hauts-de-France

Plus de la moitié du plan d’investissement d’Herta est destinée à ses deux sites des Hauts-de-France :

– 57 M€ pour l’usine de Saint-Pol-sur-Ternoise (Pas-de-Calais)
– 1,5 M€ pour plate-forme logistique de Le Meux (Oise)

« Cet investissement témoigne de notre attachement indéfectible à la Région Hauts-de-France, berceau historique de notre production. Il affirme aussi notre volonté de renforcer notre savoir-faire agroalimentaire au sein du tissu industriel français […] Grâce à cet investissement, nous nous projetons dans l’avenir, avec confiance, en continuant d’innover, en répondant aux demandes de nos consommateurs et en assumant notre leadership ». Arnaud de Belloy, Directeur Général d’Herta.

Moderniser et renforcer les capacités de production de l’usine de Saint-Pol-sur-Ternoise, principal outil industriel de la marque en France

L’investissement destiné au site de Saint-Pol-sur-Ternoise, où sont produites les grandes séries de la marque, devrait permettre :

– La construction d’une extension de 3.000 m², permettant la création d’un nouvel atelier de conditionnement des célèbres saucisses Knacki
– L’augmentation des capacités de production
– L’agrandissement du laboratoire Qualité

« L’objectif est de maintenir l’emploi et de monter en compétence le personnel dans un environnement de travail modernisé », a précisé Alexis Gorline, le directeur industriel d’Herta.

Actuellement, le site compte 1.200 salariés et produit 70.000 T/an.

Moderniser la logistique de la plate-forme de Le Meux

Avec les 1,5 M€ restant destinés à la Région Hauts-de-France, Herta souhaite moderniser ses infrastructures logistiques sur les plans :

– Informatique, via notamment l’implémentation de nouvelles technologies
– Technique
– Structurel, avec la modernisation des bâtiments et la réduction de la consommation d’eau et d’énergie

« En misant une nouvelle fois sur les Hauts-de-France, Herta fait le choix de l’excellence industrielle et du savoir-faire agroalimentaire remarquable des femmes et hommes salariés des Hauts-de-France.» Xavier Bertrand, Président de la Région Hauts-de-France

En savoir plus sur le secteur agro-alimentaire en Hauts-de-France

Sources : Région Hauts-de-France, Les Echos, Challenges

Lesaffre : nouvel investissement majeur en Hauts-de-France

Lesaffre : création d’un nouveau site industriel innovant à Denain

Vendredi 4 septembre le groupe nordiste, leader mondial de la fermentation, a annoncé un programme d’investissement de très grande envergure en Hauts-de-France :
L’implantation d’un tout nouveau site de production à Denain, faisant appel à des technologies innovantes développées par le groupe.
Lesaffre souhaite y produire, par le biais de la fermentation, deux ingrédients en nutrition santé et agroalimentaire :

  • la chondroïtine : un complément alimentaire permettant de soulager les douleurs articulaires, produit aujourd’hui principalement en Chine ;
  • la vanilline : arôme très prisé en agroalimentaire.

Des projets dont le coût est estimé à 150 millions d’euros pour chacun des sites et qui devraient permettre la création, à terme, de plusieurs centaines d’emplois très qualifiés.
Le site retenu pour les deux usines, situé dans le parc d’activités des Pierres Blanches à Denain, représente une surface totale de 10 hectares.
Cette annonce vient s’ajouter à deux autres investissements du groupe en cours de réalisation :

  • La création d’un campus international
  • Le lancement de la Fermentis Academy

En savoir plus sur le secteur nutrition santé en Hauts-de-France

Pourquoi Lesaffre a-t-il choisi Denain ?

Le choix de Denain n’est pas un hasard :

  • Le site répond parfaitement au cahier des charges technique du projet et bénéficie d’une excellente accessibilité
  • Il permet à Lesaffre de rester à proximité des autres implantations du groupe (Marquette-lez-Lille / Marcq-en-Baroeul), notamment du centre de R&D du groupe
  • Les Hauts-de-France sont la région historique du groupe

Investissements Lesaffre en Hauts-de-France, un projet accompagné par Nord France Invest

Ce projet initié en 2017, a été suivi de façon confidentielle par Nord France Invest et ses partenaires, au premier rang desquels la Région Hauts-de-France et la Communauté d’Agglomération de la Porte du Hainaut, qui a été choisie au terme d’un processus de sélection drastique.
Lesaffre a ainsi pu bénéficier d’un accompagnement de son projet sur 3 enjeux clé :

  • Recherche du meilleur site possible en région, en réponse au cahier des charges très pointu du projet : les études de site lancées en région ont permis d’identifier puis sélectionner le site de Denain
  • Accompagnement sur les études techniques et modalités d’implantation,
  • Identification et mobilisation des soutiens financiers en appui à la réalisation du projet : outre l’appui financier proposé par la Région Hauts-de-France et la Communauté d’Agglomération de la Porte du Hainaut, le projet sera également soutenu par l’Etat dans le cadre du nouveau Plan de Relance.
Découvrir tous les services à l’implantation de Nord France Invest
Source : Lesaffre, Communauté d’Agglomération de la Porte du Hainaut, la Voix du Nord

Harrys : 2 M€ pour moderniser l’usine d’Onnaing

Le groupe italien Barilla investit 33 millions d’euros en France

En juin, Barilla a annoncé un investissement de 33 millions d’euros.
Il s’ajoute aux 12 M€ de l’effort de modernisation annuel régulier des outils de productions en France.
Et a pour but d’augmenter la production française en pains de mie et en viennoiseries bio de la marque Harrys.
Une partie de cet investissement sera injectée directement en région Hauts-de-France :

  • Modernisations d’une ligne existante du site de Valenciennes afin d’étendre la gamme bio par le lancement de nouvelles viennoiseries (2 millions d’euros)
  • Création d’une nouvelle ligne de production « 100 % Mie » dans l’une des usines Harrys de France
  • Agrandissement de 2 000 m² du site de Châteauroux

Harrys Onnaing : site bio et premium, pilote en innovation

Depuis une dizaine d’années, le groupe Barilla s’oriente vers une démarche éco-responsable et une alimentation plus saine : bio, réduction du sucre / sel, produits sans additifs / huile de palme…

« Cet investissement s’inscrit aussi dans notre volonté de faire baisser notre empreinte écologique en cohérence avec notre décision de rendre Harrys 100 % compensé en Co2 en 2020 » Miloud Benaouda, président de Barilla Europe de l’ouest.

Une stratégie qui se traduit en 2017 par un investissement de 2 M€ dans le site Harrys d’Onnaing, afin de le spécialiser sur les produits premium et bio.
Ce dernier, à taille humaine, permet de procéder facilement à des changements de recettes ou des variations de volumes à moindre coût.
De plus, l’usine dispose de 3 lignes de production flexibles et adaptées à la fabrication de différentes gammes de produits.
Ces atouts conduisent naturellement Onnaing à devenir un site pilote.
De nombreuses innovations du groupe sont donc testées en Hauts-de-France avant d’être étendues sur d’autres sites de productions en cas de succès commercial.
Une opportunité pour l’usine régionale, qui bénéficie donc régulièrement de nouvelles avancées et méthodes de production.
Par exemple, Harrys Onnaing est le seul site certifié bio de France à l’heure actuelle.

Le groupe Barilla en France

L’Hexagone est le 2e pays du groupe en nombre d’implantations industrielles.
Il compte 5 sites de production (sur 29 dans le monde) et 1500 collaborateurs.
En termes de marché, il arrive en 3e position.
En France, le groupe est plus développé sur le secteur du pain et de la viennoiserie que celui des pâtes.

Source : Les Echos, LSA, Usine Nouvelle

Lesaffre : un campus international en Hauts-de-France

Lesaffre regroupe ses employés

A cheval sur Marquette-lez-Lille et Marcq-en-Barœul (à deux pas de la future Fermentis Academy et sur le même terrain que son actuel « Baking Center »), Lesaffre construit un tout nouveau site : son futur Campus International.
Les bâtiments, d’une surface cumulée de 23 000 m² seront organisés autour d’une rue principale, sur un terrain de 19 hectares. Ce campus professionnel accueillera en un même site, les 700 salariés du groupe, actuellement disséminés sur la métropole lilloise.
Les avantages de cette centralisation des effectifs du groupe sont nombreux :

  • gain d’efficacité
  • développement de la collaboration transversale entre les différentes branches et activités du groupe
  • mutualisation des compétences
  • mise en valeur de l’ensemble des métiers de Lesaffre et de son savoir-faire global auprès, notamment, des clients du groupe

Campus Lesaffre : la R&D en 1ere ligne

Avec ce nouveau site, Lesaffre mise sur l’une de ses principales qualités : l’innovation. Le groupe a choisi de consacrer 60% des 23 000m² de bâtiments à la recherche et au développement industriel.

« Grâce à cet investissement, Lesaffre a la volonté de poursuivre activement l’exploration et le développement des potentialités de la fermentation notamment sur quatre domaines d’applications : la panification et la nutrition santé animale, végétale et humaine » indique Antoine Baule, Directeur Général de Lesaffre.

En savoir plus sur le secteur agroalimentaire en Région Hauts-de-France.
Sources : Lesaffre

Salon de l’agriculture : 36 bières régionales récompensées

La zythologie*, un savoir-faire régional reconnu

En matière de bière, les Hauts-de-France n’ont rien à envier à leur voisin, la Belgique. Avec 36 bières médaillées sur un total de 177 au Salon de l’Agriculture (soit 9 de plus qu’en 2019), la région se classe à la 1ère position du palmarès 2020.
Blonde, ambrée, IPA, triple… Ce sont 8 médailles d’or, 9 d’argent et 19 de bronze, qui ont permis à la région de se placer loin devant la Nouvelle Aquitaine (11 médailles dont 3 d’or) et l’Auvergne – Rhône-Alpes (13 médailles dont 1 d’or). Découvrez le palmarès complet sur le site officiel.
Un savoir-faire également reconnu à l’international lors des World Beer Awards 2019 auxquels la région s’est illustrée avec 21 médailles.
*synonyme de biérologie ; étude de la bière, aussi bien du point de vue historique que technique – Petit Robert 2019

Hauts-de-France : la filière brassicole au cœur d’un écosystème agro-alimentaire dynamique

3e région agro-alimentaire de France, les Hauts-de-France se positionnent comme une plateforme majeure de la filière boisson, grâce à des investissements réguliers et la présence de belles entreprises françaises (Lesaffre, Bonduelle, Roquette…) et internationales (Heineken, Refresco, Coca Cola…).
La filière boisson régionale en quelques chiffres :

  • 130 entreprises dont une soixantaine de brasseries
  • 2 000 emplois
  • 2e région brassicole de France (30% de la production française)

A lire également : Lesaffre lance sa Fermentis Academy à Marquette-Les-Lille Heineken : 70M€ d’investissement Hauts-de-France en 10 ans Coca cola investit 19M€ à Dunkerque

Lesaffre lance la Fermentis Academy

Lesaffre investit dans son site historique en Hauts-de-France

Le groupe Lesaffre investit dans la réhabilitation de son site historique de Marquette-lez-Lille, les Grandes Malteries Modernes. Ces travaux de valorisation vont permettre la création d’un nouveau bâtiment de plusieurs hectares qui abritera la Fermentis Academy.
Avec une forte présence au sein de l’agglomération lilloise (entité de production de levures à Marcq-en- Baroeul / entité regroupant les Directions Transversales à Marcq-en- Baroeul, Marquette-lez-Lille et Lille), le groupe souhaite faire de cette « Academy » une vitrine de son savoir-faire dans le domaine de la fermentation des boissons. A terme, Lesaffre vise la place de leader mondial en solution de fermentation agroalimentaire.

Pourquoi les Hauts-de-France ?

Interrogée par NFI, Corinne Wallaert – Directrice communication et relations extérieures chez Lesaffre, nous a donné les les caractéristiques de la région représentant un atout pour le groupe :

  • une accessibilité facilitée grâce à un réseau d’infrastructures performant (notamment aux ports pour l’exportation),
  • un carrefour au cœur de l’Europe occidentale,
  • une main d’œuvre qualifiée,
  • un très beau réseau de formations supérieures,
  • une densité de population,
  • des laboratoires de recherche performants.

Qu’est-ce que Fermentis Academy ?

La Fermentis Academy sera un lieu de rencontre et de développement dédié à la fermentation de boissons (vin, bière, spiritueux…), cœur de métier de la Business Unit Fermentis de Lesaffre. Elle a pour objectif de multiplier les liens avec les professionnels de terrain afin de répondre toujours plus efficacement à leurs besoins et attentes.

« Cet investissement est emblématique de la volonté de Lesaffre d’être toujours au plus proche des métiers de ses clients. Il s’agit de développer avec eux une expertise conjointe pour être le plus efficace possible et aller au-devant de leurs attentes » explique Antoine Baule, Directeur Général de Lesaffre.

Les nouveaux locaux en Région Hauts-de-France comprendront :

  • Des espaces de R&D et de dégustation
  • Des espaces de réception/formation, permettant l’accueil d’un public professionnel, dans le cadre de formations, séminaires…
  • Les bureaux des équipes Fermentis, regroupant l’ensemble des collaborateurs sur un seul site

Bien que la mise en service du site soit prévue pour le 2e semestre 2021, la Fermentis Academy propose d’ores et déjà des formations à travers le monde.

Fermentis by Lesaffre

En 2003, Lesaffre (qui fête alors ses 150 ans) lance une nouvelle entité dédiée aux boissons fermentées : Fermentis. Elle est en charge du développement et de la commercialisation de solutions de fermentation pour boissons (bière, vin, spiritueux…). Fermentis propose à la fois des produits et services, à destination des professionnels du secteur des boissons fermentées.

Pure Salmon : 175M€ pour un élevage de saumon en Hauts-de-France

Pure Salmon investit 175 M€ en HdF pour la plus grande ferme terrestre d’élevage de saumon de l’UE

La société Pure Salmon, portée par le fonds d’investissements singapourien 8F a choisi Boulogne-sur-Mer en Hauts-de-France pour son futur site européen, qui sera la plus grande ferme aquacole de saumon en SAR* de l’Union Européenne. L’investissement, d’un montant global de 175 M€, devrait permettre la création de 160 emplois directs en région.
Xavier Bertrand, Président de la Région Hauts de France, a déclaré :

« La Région a fait du travail sa priorité, en soutenant les personnes qui travaillent et qui cherchent un emploi, et en accompagnant les entrepreneurs qui créent des emplois. Nous sommes au rendez-vous du fonds 8F qui fait le choix d’investir dans les Hauts-de-France, et plus particulièrement dans le Boulonnais ! Ce choix permet de nous positionner sur une technologie innovante, durable, et de compléter les savoir-faire et l’excellence internationalement reconnus du Boulonnais dans les produits de la mer. »

Les premiers saumons devraient être commercialisés en 2023. A terme, le site devrait générer 10 000 tonnes de saumon par an.
Un projet accompagné par Nord France Invest sur l’ensemble des phases, de concert avec le Conseil Régional, la Communauté d’Agglomération du Boulonnais, Boulogne-Développement, l’Etat et Business France. Et qui « […] s’inscrit aussi pleinement dans les orientations de la Commission Européenne pour le développement de la production aquacole pour réduire la dépendance de l’Union européenne aux importations » explique Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. Découvrir les services Nord France Invest
*Système d’Aquaculture en Recirculation

Pourquoi Pure Salmon et 8F ont-ils choisi les Hauts-de-France ?

« Nous avons choisi la France, par rapport aux autres pays européens, en raison de sa réputation concernant une alimentation de qualité exceptionnelle, de la consommation importante de saumon et aussi grâce au soutien et l’assistance que nous avons reçus de la part de tous les niveaux de gouvernement en France ». Stéphane Farouze, Directeur de Pure Salmon et Président-Fondateur de 8F Asset Management

Nous l’avons dit précédemment, le choix de la France pour son futur site Européen était une évidence pour Pure Salmon, notre pays étant l’un des plus gros consommateurs de saumon au monde. Le choix de la région Hauts-de-France et plus particulièrement de Boulogne-sur mer s’est lui aussi vite imposé à 8F pour différentes raisons :

  • Un accompagnement efficace et concerté de l’ensemble des institutions locales, régionales et nationales dans les différentes étapes du projet, comme évoqué dans notre article d’hier
  • Des atouts géographiques et structurels :
         ○ La région se situe au cœur de l’Europe du Nord et offre un accès à un marché potentiel de 80M de consommateurs dans un rayon de 300km     ○ Les Hauts-de-France disposent d’un réseau de transport dense et étendu vers le reste de la France et les pays voisins
  • Une filière développée et dynamique, Boulogne étant la 1ère plateforme européenne de transformation des produits de la mer
  • Une infrastructure logistique de premier plan, permettant un accès immédiat aux principaux marchés 
  • Une main-d’œuvre qualifiée

Sans oublier la valeur ajoutée que représente Nausicaá : le plus grand aquarium public d’Europe est également un important centre de recherche et de conservation marine. 

La filière produits de la mer en Hauts-de-France

Plus grande façade portuaire française, les Hauts-de-France ont su tirer parti de leurs atouts.
Boulogne-sur-Mer, 1er port de pêche et 1ère plate-forme européenne de transformation des produits de la mer en est l’épicentre. Plus de 300 000 tonnes de produits de la mer transitent par Boulogne-sur-Mer tous les ans.
Plus de 300 entreprises spécialisées dans les produits de la mer sont implantées en Hauts-de-France, représentant plus de 6 700 emplois.
Depuis le début des années 2000, la filière régionale (entreprises, centres de recherche et de formation) s’est structurée autour d’un pôle de compétitivité : Aquimer. En savoir plus sur le secteur agroalimentaire en Hauts-de-France.

Metarom : un nouvel espace R&D à Amiens

Métarom France : 3,6 M€ d’investissements à Amiens depuis 2014

Après avoir investi 2,6 M€ dans l’agrandissement et la modernisation de son unique site France, basé à Amiens, le groupe Metarom a réinjecté 1 M€ dans l’aménagement d’un nouvel espace de recherche et développement.
Ce dernier, d’une surface de 500m², a pour vocation d’accompagner les 3 axes stratégiques du groupe, basés sur les défis de l’alimentation de demain : naturalité, nutrition et plaisir.
Cette enveloppe globale a permis de :

  • moderniser les espaces existants à l’aide de matériel dernière génération, permettant une amélioration des conditions de travail (ergonomie et olfactif) des salariés, en accord avec la politique RSE du groupe
  • multiplier par 3 l’espace dédié au développement de nouveaux extraits aromatiques, savoir-faire historique du groupe, qui compte s’appuyer sur l’essor des arômes naturels
  • créer de nouveaux espaces de développement pour la branche « caramels », soutenant le lancement d’une gamme de fourrage unique sur le marché

 L’équipe R&D du groupe compte une vingtaine de personnes, dont 4 recrutées sur les 2 dernières années. 1 500 nouveaux produits sortent chaque année de ces laboratoires.
Cette plateforme ultra-moderne sera également l’outil de collaboration entre le groupe et les écoles et universités régionales, avec lesquelles les équipes R&D travaillent en lien étroit.

Une croissance continue en France et à l’international

Spécialisée dans la fabrication d’arômes et de caramels pour l’industrie agro-alimentaire, Metarom est un groupe familial français qui a su se développer et devenir une référence à l’international.
Fondée en 1953, l’entreprise Métayer qui deviendra Metarom en 1980, est aujourd’hui présente aux 4 coins du monde (Espagne, Australie, Belgique, République Tchèque, Colombie, Etats-Unis…). En 2004, Metarom fait le choix de regrouper ses 3 sites français en région Hauts-de-France, près d’Amiens.
Le groupe compte 240 employés pour un chiffre d’affaires de 42M€.
En savoir plus sur le secteur agro-alimentaire en région.
Source : Métarom

Les Hauts-de-France médaillés aux World Beer Awards

World Beer Awards : de nombreux prix pour les Hauts-de-France

Comme chaque année, les World Beer Awards ont dévoilé leur classement des meilleures bières. Sur les centaines de concurrents mondiaux, les brasseurs des Hauts-de-France ont remporté de nombreuses médailles.
Les jurés ont récompensé six brasseries régionales, basées dans le Nord et le Pas-de-Calais. Ces dernières remportent un total 21 médailles, dont entre autres :

  • la brasserie Lilloise (à Roncq) : médaille d’or dans la Catégorie « blonde, style belge »
  • la brasserie du Pays flamand (Merville et Blaringhem) : victoire dans la catégorie « IPA »
  • la brasserie Duyck (Jenlain) : médaille d’or dans la catégorie « style belge strong »
  • la brasserie artisanale Moulins d’Ascq (Villeneuve-d’Ascq) : médaille d’or pour la blanche
  • la brasserie Lepers (La Chapelle-d’Armentières) : médaille d’argent dans la catégorie « Pale »
  • la brasserie Castelain (Bénifontaine) : victoire dans la catégorie « Classic Pils » et « Bière de garde / saison »

Parmi ces 6 brasseries, 5 sont implantées dans Nord, qui se classe en tête des départements français primés lors de ce concours international.
Toutes les bières ayant remporté une catégorie ou une médaille d’or, concourent désormais pour le titre de meilleure bière du monde au mois de septembre !

Les Hauts-de-France, 2ème région brassicole française

Ces nombreuses récompenses n’ont rien d’étonnant quand on sait qu’avec une soixantaine de brasseries, les Hauts-de-France sont la 2ème région brassicole du pays. Ils contribuent ainsi à 30% de la production nationale, soit 6 millions d’hectolitres de boisson par an.
En savoir plus sur le secteur agro-alimentaire en Hauts-de-France

Coca Cola, une présence historique en Hauts-de-France

Coca Cola EP, 65 M€ d’investissements en 5 ans en Hauts-de-France

Sur les 232 millions d’euros investis par le groupe Coca Cola en France ces 5 dernières années, 65 millions ont été directement versés à l’usine de Socx entre 2009 et 2017.
Ce qui a permis au site de gagner en productivité, avec le renouvellement de 4 de ses six lignes de production, désormais plus polyvalentes.
Le dernier investissement en date (novembre 2018) d’un montant de 19 millions d’euros, a permis l’installation d’une 7ème ligne de production à la pointe de la technologie. Cette dernière permet la production, « sur une seule et même ligne, de boissons plates et gazeuses dans une large gamme de formats ». Une grande innovation à l’échelle européenne pour le géant américain.
« Les lignes historiques ont déjà été renouvelées, et avec ce nouvel investissement, nous ancrons notre usine de Socx dans le futur » détaille Éric Desbonnets Vice-Président Supply Chain de Coca-Cola European Partners France.
Cette nouvelle ligne à haute cadence, qui vient diversifier un peu plus l’activité de l’usine, peut produire jusqu’à 55 000 bouteilles en verre par heure. Et offre au site de Socx un rôle stratégique dans le développement de la gamme Fuze Tea, dernier né de la marque, en France et à l’export.
Et depuis peu temps, à la production de la gamme Fuze Tea, vient de s’ajouter celle de la dernière innovation du groupe : les Coca Cola Mixers. Tout juste lancés en Europe, ces sirops spéciaux pour les cocktails peuvent être mélangés à des spiritueux (whisky, rhum, bourbon) ou des jus de fruits. Une exclusivité européenne qui confirme la position de leader du site des Hauts-de-France.
Cet investissement s’accompagne de la création de 23 postes au sein de l’usine, sans compter les emplois indirects induits par ce développement.

L’usine de Socx, référence française et européenne du groupe Coca Cola

A l’heure où le groupe Coca Cola fête ses 100 ans en France, Coca Cola European Partners souffle lui, sa 30e bougie en Hauts-de-France !
Avec 350 salariés et 11 marques produites, l’Usine Coca Cola EP des Hauts-de-France est aujourd’hui le plus grand site de production du groupe en France. Et ce n’est pas tout ! L’usine sort chaque année 110 millions de caisses unitaires pour l’ensemble des 200 références produites sur place, plaçant Socx dans le top 3 des usines CCEP d’Europe.
Très diversifiée l’usine a la capacité de produire des boissons plates comme carbonatées, dans des conditionnements PET, canettes et depuis peu, bouteilles en verre.
« En termes de performance, elle figure dans le top 3 de nos usines en Europe » précise Eric Desbonnets.

Dunkerque : une plate-forme majeure pour la croissance du groupe en France et en Europe.

« L’usine de Socx est devenue ces dernières années l’une des plus performantes du réseau CCEP. Nous souhaitons continuer à favoriser le développement de ce site en en faisant une référence en matière d’innovation technologique » explique Eric Desbonnets
Grâce à sa position stratégique au cœur de l’Europe du nord et à ses infrastructures, l’usine de Socx répond à la nouvelle stratégie de développement durable du groupe. Elle permet une production au plus proche des clients et consommateurs des marques Coca Cola. Les bouteilles PET de l’usine des Hauts-de-France sont envoyées en Belgique, aux Pays-Bas, au Luxembourg, en Norvège, au Danemark et en Suède.
De plus, l’espace disponible sur le site en fait un lieu idéal pour les investissements et l’ouverture de nouvelles lignes de production. « Nous sommes en train de transformer en profondeur ce site. Il incarne la transformation de l’entreprise. »
En savoir plus sur le secteur agro-alimentaire en région.
Sources : L’usine nouvelle, Eco 121, Coca Cola, Coca Cola European Partners