Après le Brexit : quel avenir pour votre business model ?

16 Fév 2021
Temps de lecture estimé : 6 minutes
Après le Brexit : quel avenir pour votre business model ?
16 Feb 2021
Temps de lecture estimé : 6 minutes

Brexit : Rappel du contexte

Suite au vote des britanniques en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) lors du référendum de juin 2016, le gouvernement britannique a lancé un processus de négociations avec l’UE qui a abouti à la sortie du Royaume-Uni des institutions de l’UE le 31 janvier 2020 puis à sa sortie du marché unique et de l’’union douanière européennes le 31 décembre 2020. L’accord intervenu le 24 décembre 2020 entre les deux parties a évité un « hard Brexit », c’est à dire un rétablissement brutal des droits de douane et quotas dans leurs relations commerciales. Mais le monde post-Brexit est loin de garantir la même fluidité commerciale, d’où l’importance pour votre entreprise d‘identifier rapidement les risques qui peuvent remettre en question votre business model.

Retrouvez ici l’accord de commerce et de coopération entre l’Union européenne et le Royaume-Uni

L’impact de la sortie du Royaume-Uni de l’Union douanière européenne

Depuis le 1er janvier 2021, le Royaume-Uni est officiellement devenu un « pays tiers ». Il n’est donc plus membre de l’Union européenne, de son marché commun, ni de son union douanière. Quelle est la signification de l’Union douanière dans le cadre du Brexit ? Très simplement, la sortie du Royaume-Uni de cette union douanière implique :

  • un rétablissement des formalités douanières à l’import et à l’export, et donc des contrôles douaniers à la frontière,
  • des contrôles de sécurité,
  • des contrôles sanitaires et phytosanitaires pour les animaux, plantes et autres produits agroalimentaires.

Les douanes françaises et britanniques ont anticipé les conséquences de la sortie du Royaume-Uni. Point d’entrée le plus proche sur le continent, la Région Hauts-de-France à travers ses ports, l’Eurotunnel et les compagnies de ferry s’est également préparée au Brexit. C’est maintenant au tour des entreprises qui commercent avec l’Europe de s’organiser.

L’accord du Brexit ne garantit pas la fluidité des échanges commerciaux

Les négociations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne ont abouti à la signature d’un accord de libre-échange, permettant la poursuite des échanges commerciaux entre les deux parties sans droits de douane ni quotas.

Cependant, comme les premières semaines de 2021 l’ont démontré, cet accord ne garantit pas la fluidité des échanges qui existait auparavant. L’impact des nouvelles mesures sur les conditions de commerce entre le Royaume-Uni et le continent, va entrainer de profonds changements structurels des échanges.

Brexit conséquences

Post Brexit : A quel type de problème votre entreprise peut-elle être confrontée ?

Le rétablissement des contrôles à la frontière

1/ Le rétablissement des contrôles à la frontière engendre de nouvelles formalités réglementaires, qui ralentissent les flux transmanche. Malgré l’accord de libre-échange, importer ou exporter des produits entre le Royaume-Uni et l’Union européenne implique de remplir des formalités douanières, ainsi que d’autres procédures pour les animaux, végétaux et produits d’origine animale ou végétale qui doivent faire l’objet de contrôles sanitaires et phytosanitaires. Lors du passage de vos produits à la frontière, le respect de ces formalités sera vérifié, avec dans certains cas des contrôles de la marchandise en elle-même. Et si certains documents ne sont pas en règle ou que la vérification des produits soulève des doutes, ils n’arriveront pas à destination mais seront renvoyés à l’expéditeur. Ce nouveau maquis de règles et de contrôles est la nouvelle norme. Cela peut compromettre votre business model.

La divergence des normes CE et UK

2/  Si vous exportez du Royaume-Uni vers l’Europe, vos produits devront respecter toutes les normes européennes. Les produits fabriqués au Royaume-Uni devront désormais afficher le marquage « UKCA », distinct du marquage « CE » européen. Certains produits pourront afficher le double marquage, mais seulement jusqu’à ce que les réglementations britanniques et européennes divergent. La validité du marquage CE au Royaume-Uni est maintenu jusqu‘à la fin de l’année 2021 (2023 pour les produits médicaux à condition que les réglementations ne divergent pas). Toutefois, les produits fabriqués au Royaume-Uni, marqués « UKCA » ne pourront être exportés vers l’Union européenne que si celle-ci considère les réglementations comme équivalentes, ce qui peut changer au fil des années, et en fonction des secteurs. De nombreux exportateurs devront également postuler à l’obtention d’une licence afin de pouvoir exporter des biens, tels que des médicaments, des produits chimiques, ainsi que des produits végétaux et animaux.  En cas de divergence, la norme britannique ne sera plus considérée comme équivalente à la « norme CE », ce qui pourrait pénaliser votre clientèle au sein de l’union et vous faire perdre des contrats. Ces nouvelles contraintes et le manque de visibilité sur la stabilité des accords risquent de perturber vos activités.

Les surcoûts liés aux règles d’origine des marchandises

3/ Les « règles d’origine » des marchandises de l’accord de libre-échange entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne sont très contraignantes et précises. Elles imposent un pourcentage maximal de composants “non d’origine” (c’est à dire ne provenant ni du Royaume-Uni ni de l’Union européenne) pour que les produits exportés entre les deux parties bénéficient de l’absence de droits de douane que permet l’accord de libre-échange. Ces règles sont très complexes, détaillées et diverses, en fonction des secteurs et produits. L’adaptation des entreprises à ces règles risque de prendre du temps, et de provoquer bien de mauvaises surprises, et d’autant plus qu’il est très probable qu’elles ne soient pas stables et évoluent avec le temps.

Les difficultés de recrutement

4/ Les règles migratoires et donc les conditions de recrutement de talents, risquent de se durcir dans le monde post-Brexit. Il est désormais bien plus difficile pour un ressortissant de l’union européenne d’être recruté au Royaume-Uni, puisque celui-ci doit désormais suivre les mêmes règles migratoires que tous les autres citoyens non-européens, avec lesquels ils sont désormais en concurrence directe. Inversement, il sera plus difficile pour une entreprise européenne de recruter un britannique pour les mêmes raisons.

Des deux côtés de la Manche, l’accès aux talents sera donc plus complexe et jalonné de problématiques liées :

  • au droit du travail,
  • au système fiscal
  • et aux régimes de protection sociale. 

Brexit conséquences

Comment les entreprises peuvent-elles répondre aux contraintes du Brexit ?

Développer une véritable politique Brexit d’entreprise vous permettra de sortir gagnant de la conjoncture actuelle et de ses incertitudes.

Afin de gagner en visibilité, il vous faut tout d’abord comprendre l’impact du Brexit sur les affaires au UK. Enfin, il est nécessaire d’activer dès que possible un plan stratégique face aux contraintes du Brexit pour votre entreprise.

Priorité à la réorganisation

S’il est possible que des entreprises s’installent au UK après le Brexit, il est aussi très probable que des entreprises souhaitent le quitter dès maintenant.

Les premiers effets du Brexit sur la localisation d’entreprises ne se sont pas fait attendre. On note par exemple des relocalisations de banques (à destination de Paris, Amsterdam ou Francfort) ou des entreprises profitant de la conjecture pour revoir leur business model (en déplaçant leur quartier général ou en opérant des relocalisations pour se protéger des conséquences du Brexit).

Qu’il s’agisse d’entreprises quittant le Royaume-Uni à destination de l’Europe continentale ou de l’Irlande, de tels plans de relocalisation ou d’implantation doivent être préparés de manière concrète et ordonnée, dans le cadre d’une véritable stratégie Brexit d’entreprise.

Les Hauts-de-France : l’atout de la proximité

Brexit conséquencesMaintenir une présence sur le continent paraît être la solution la plus pertinente pour contenir les effets indésirables du Brexit et sécuriser l’activité des sociétés britanniques.
Unique porte d’entrée terrestre du Royaume Uni vers l’Union Européenne, la région Hauts-de-France est le partenaire naturel d’un tel projet. L’implantation d’une unité sur ce territoire assure aux sociétés :

  • L’accès direct au marché européen
  • La fluidité et la rapidité du transport des marchandises
  • L’optimisation de leur chaîne de production
  • Le bénéfice du marquage « CE », voire du label « Made in France »
  • L’absence de droits de douane pour exporter des biens vers toute l’Union européenne, et tous les pays avec lesquels l’UE a des accords de libre-échange
  • L’attractivité des talents britanniques et européens

Un acteur fiable pour vous aider à trouver la meilleure solution

Entreprises multinationales, grandes entreprises au UK, ou petites et moyennes entreprises, toutes devraient avoir une liste des choses à faire pour ne pas être pris au dépourvu face au Brexit. L’agence de promotion économique des Hauts-de-France, Nord France Invest (NFI), propose des solutions globales d’accompagnement pour les entreprises présentes au UK souhaitant garder un pied en Europe.

Nous fournissons :

Une analyse des besoins et des enjeux :

Quelle est la meilleure stratégie d’implantation au regard de votre activité et de vos objectifs ?

Des données réglementaires et sectorielles :

Quelles sont les formalités pour créer une société, quels sont les niveaux de salaires, les coûts immobiliers, les coûts d’énergie ? Nous vous apportons des informations fiables et sourcées pour bâtir votre business model.

L’identification des solutions d’implantation :

De l’espace de coworking jusqu’aux terrains de plusieurs centaines d’hectares, de Calais aux portes de Paris, nous disposons d’une gamme complète de solutions immobilières pour réussir votre implantation.

La facilitation des démarches administratives :

Création de société, ouverture de compte en banque, obtention des autorisations d’exploiter, etc.

La mobilisation des dispositifs de soutien financier :

Subventions, exonérations fiscales, avances remboursables, participation au capital, nous vous aidons à optimiser le soutien financier proposé par les acteurs publics.

L’intégration dans l’écosystème local :

Parce qu’il est essentiel de disposer de ressources locales pour être plus efficace, nous mettons notre réseau à votre disposition sur tous les sujets importants pour vous : recrutement, innovation, fournisseurs, sous-traitants, etc.

Pour en savoir plus découvrez notre méthode d’accompagnement, cliquez ici.