Début des travaux Refresco en Hauts-de-France
31 Juil 2018
Agro-alimentaire, Investissement
Temps de lecture estimé : < 1 minute
Début des travaux Refresco en Hauts-de-France
31 Jul 2018
Agro-alimentaire, Investissement
Temps de lecture estimé : < 1 minute

Un investissement de 97 millions d’euros

Nous vous l’annoncions au mois de février : Refresco, leader européen de l’embouteillage de boissons rafraîchissantes déjà présent en Hauts-de-France, investit à nouveau sur le territoire, un projet de développement suivi par Nord France invest. Ces 97 millions d’euros permettront la construction d’une nouvelle unité de production. La livraison de ce site flambant neuf est prévue pour fin 2019.
« Le site du Quesnoy est un lieu géographique stratégique au Nord de la France », souligne Pierre Bodard, directeur général de Refresco France.

Une nouvelle unité de production

D’une surface de 27 000 m², la nouvelle unité de production devrait permettre à Refresco d’ajouter deux lignes PET à ses lignes d’embouteillage en briques. Le site comptera également une plateforme logistique dernier cri de 10 000 m².
L’entreprise vise un début de production en décembre 2019 pour les lignes de briques et 2 mois plus tard, en février 2020 pour les bouteilles plastiques.
« L’innovation dans le domaine alimentaire est indispensable, et nécessaire pour répondre à la demande des consommateurs. De nouveaux contrats commerciaux ont été signés. Nous disposions de deux sites logistiques dans le sud de la France, et un besoin de capacité dans le Nord de la France », analyse Vincent Delozières, directeur général de Refresco Europe.

Des recrutements en prévision

Avec la construction de ces nouvelles lignes de production, l’entreprise qui compte aujourd’hui 100 salariés devrait renforcer ses équipes par une cinquantaine de personnes en logistique. Les recrutements débuteront dès le mois de septembre 2018.
Source : La voix du Nord

19 Nov 2020
Business, Services

Comment se porte la relation client en France en 2019 ?

18 Nov 2020
Business

Rev3, plus de 500 M€ de financement