📆 Investor Day 2022 : l’attractivité des Hauts-de-France vue par 9 dirigeants de groupes étrangers

19 Oct 2022
Business, Business
Temps de lecture estimé : 8 minutes
📆 Investor Day 2022 : l’attractivité des Hauts-de-France vue par 9 dirigeants de groupes étrangers
19 Oct 2022
Business, Business
Temps de lecture estimé : 8 minutes

Mardi 11 octobre 2022, lors de la 2e édition de l’Investor Day, 9 dirigeants d’entreprises internationales ont eu l’opportunité d’analyser les enjeux des crises actuelles et de proposer des pistes de collaboration avec les territoires pour renforcer l’attractivité des Hauts-de-France.

Cet événement a réuni 200 personnes au sein du Siège de Région.

Des speakers de haut niveau

Cette année encore, la Région Hauts-de-France a réuni un panel exceptionnel de 9 dirigeants France et Europe de groupes étrangers implantés sur le territoire, dans la lignée des États de la France, partenaire de cet événement :

Les 9 DG et Présidents de groupes internationaux présents à l

 

Intervenant sur deux thématiques complémentaires, ces derniers ont pu donner leur ressenti sur le business en région en ces temps troublés et l’accompagnement dont ils y bénéficient.

Il fait toujours bon investir en Hauts-de-France

Les entreprises présentes pour ce 2e Investor Day sont unanimes : elles se plaisent en région et comptent y rester encore longtemps malgré les enjeux actuels.

« Nous nous sommes sentis très bien accueillis et vraiment bienvenus en Hauts-de-France. Aujourd’hui nous avons passé le seuil les 700 employés et ouvert un centre de cybersécurité. » Béatrice Kosowski, Président d’IBM France

Un constat confirmé à grande échelle par l’étude triennale d’attractivité des Hauts-de-France réalisée par le cabinet KPMG et présentée en exclusivité pendant l’événement. D’après les résultats de cette dernière, 85% des dirigeants d’entreprises implantées en région considère cette implantation comme un atout ou comme une décision stratégique. Et 26% d’entre eux ont d’ailleurs de fortes attentes en termes de croissance en région.

les enterprises étrangères présentes en région sont satisfaites de leur implantation

Hémicylce

Découvrez l'étude KPMG présentée

Accédez à l'étude présentée par KMPG lors de cette deuxième édition de l'Investor Day !

Découvrir l'étude complète

 

Si la satisfaction des entrepreneurs vis-à-vis des Hauts-de-France reste stable avec 84% d’entre eux prêts à la recommander à leurs pairs (85% en 2017), son image en termes d’attractivité a, quant à elle, fait un bond. Pour 76% des entreprises interrogées, cette perception s’est améliorée (contre 49% en 2017).

La France et la Région Hauts-de-France disposent de nombreux atouts pour les entreprises, à la fois structurels, politiques et en termes de marché qui s’avèrent décisifs dans les décisions d’implantation.

« La nouvelle donne géopolitique et sanitaire bouleverse les prises des décisions des chefs d’entreprises et favorise les pays occidentaux stables. Un bel argument à mettre en avant pour les agences de développement économique locales. » Jean-Pierre Letartre, Président de Entreprises et Cités

« La France est attractive. Elle dispose d’une stabilité économique & politique, d’une véritable culture de l’innovation et d’une main d’œuvre disponible et qualifiée. En plus des atouts nationaux, nous avons fait le choix des Hauts-de-France plus que les Pays-Bas ou la Pologne car la région nous permet de répondre à une demande croissante en Europe et d’être à proximité de nos autres sites. » Laurent Picard, Directeur Général de Corning Gosselin Life Science.

« Le consommateur français est plus exigeant en termes de produit et de développement durable. La France est donc un pays pilote sur ce secteur. » Un point sur lequel se sont entendus Béatrice DUPUY, PDG de Procter & Gamble France et Benelux et Thibault DESMAREST, Président de GSK France.

Des enjeux communs à tous les secteurs

Ce n’est pas une surprise. Les 9 PDG d’entreprises présents mardi, qui se sont fait porte-parole de leurs confrères, ont révélé faire face aux mêmes enjeux, quel que soit leur domaine d’activité : inflation, augmentation du prix de l’énergie et des matières premières, problèmes d’approvisionnement et tension du marché de l’emploi.

Faire face aux crises sanitaire et géopolitique

Pour résister face aux crises, les entreprises doivent parfois revoir leur organisation et miser sur de nouvelles stratégies.

« Aujourd’hui la question n’est plus de vendre mais de produire. » Jean-Pierre Letartre, président d’Entreprises et Cités

Pour certains groupes comme Corning, la Covid s’est avérée porteuse de développement, tout en mettant en lumière certaines faiblesses les ayant contraints de revoir leur modèle de production. On note d’ailleurs que selon l’étude menée par KPMG, 2/3 des implantations en région se font pour des raisons de développement commercial.

« La pandémie a créé des opportunités avec une augmentation de la demande. Mais elle a mis en avant une grosse faiblesse de notre groupe : un déséquilibre de notre capacité de production. Ce qui nous a forcés à revoir notre modèle et à nous développer en Europe. »  Laurent Picard, Directeur Général de Corning Gosselin Life Science

« Face aux différentes crises, les entreprises doivent faire preuve d’adaptabilité et de flexibilité. Steelcase a donc fait le choix du circuit court pour limiter son exposition au risque » Mickaël LOCOH, VP Europe du Sud & Afrique de Steelcase

Pour faire face aux crises successives, deux grandes stratégies ont été mises en lumière comme autant des clés de développement et de résistance aux tensions, quelles qu’elles soient : l’innovation et le développement durable.

« L’innovation est la clé chez P&G : c’est le moteur du développement de l’entreprise. Cela nous permet de résister aux crises et de répondre aux demandes des consommateurs, notre priorité. En temps de crise comme celle du Covid, les gens préfèrent acheter des marques de confiance » Béatrice Dupuy, PDG, Procter & Gamble France et Benelux.

« IBM met l’innovation au cœur de sa politique d’entreprise. Notre conviction est que l’innovation et le numérique font partie de la solution pour répondre à l’enjeu climatique » Béatrice Kosowski, Présidente IBM France

Investor day 2022 intervenants de la table ronde 1

Faire face aux tensions de recrutement

D’après la dernière étude sur l’attractivité régionale menée par le cabinet KPMG, 85 % des entreprises présentes en région s’estiment satisfaites de la main d’œuvre locale. Un résultat encore très haut malgré une tendance à la baisse par rapport à la précédente étude, qui cristallise un enjeu soulevé par plusieurs speakers : les difficultés de recrutement en France.

Pour lutter contre cette crise du marché du travail, les entreprises doivent aujourd’hui offrir un cadre attrayant permettant de répondre aux nouvelles attentes des salariés et d’attirer les talents. En effet, selon l’étude KPMG, 76% de la main d’œuvre employée par des groupes étrangers en Hauts-de-France est locale.

Selon Alain Roumilhac, Président de Manpower France, les salariés demandent aujourd’hui à leur employeur :

  1. un équilibre vie professionnelle privée
  2. le respect de leur avis de leur développement
  3. une recherche de sens dans leur travail

Il est donc indispensable pour les groupes de (re)penser leur marque employeur et de mener une vraie réflexion autour de la fidélisation des employés. Pour cela, les dirigeants misent sur :

  • La montée en compétence régulière de leurs équipes en place
    « Il est primordial pour nous d’évoluer au quotidien car nos compétences sont obsolètes en 2ans. » Béatrice Kosowski, Présidente d’BM France.
    « Les formations, qu’elles soient internes ou externes sont permanentes et primordiales pour nous. Cela permet de garantir l’employabilité de nos collaborateurs » Alain Simonnet, Directeur Général de 3M France et Méditerranée Ouest.

 

  • La formation de la main d’œuvre disponible
    « Nous voulons créer une académie du Main Frame et de l’IA en région Hauts-de-France. La formation est LA solution pour parer à ces difficultés de recrutement. » Béatrice Kosowski, Présidente d’BM France
    «  Chez Horiba, pour parer aux difficultés de recrutement, nous avons mis en place une école de formation interne qui nous permet de recruter des gens non qualifiés et de les faire monter en compétences » Laurent Fullana, Président d’Horiba France

 

  • Des changements managériaux concrets en matière de flexibilité
    « Aujourd’hui les salariés sont plus clairs sur leurs besoins. Ils sont demandeurs de télétravail et de flex office. Nous y répondons par une accélération du télétravail. » Laurent Fullana, Président d’Horiba France
    « Chez 3M France, pour retenir nos salariés, nous avons mis en place « Work Your Way » : chaque collaborateur a pu choisir comment organiser son temps de travail : distanciel, hybride ou full bureau avant d’en discuter avec son manager. 95% de nos salariés se sont sentis soutenus dans leur choix. » Alain Simonnet, Directeur Général de 3M France et Méditerranée Ouest.

 

  • Des engagements sociétaux porteurs de sens pour les employés
    « Chez 3M nous avons défini une vision d’entreprise axée autour de l’amélioration de la vie par la science au service du climat, de la circularité et des communautés. Nombreux et multigénérationnels sont les collaborateurs qui préfèrent une entreprise ayant une contribution positive à la société ».
    « Chez Coca Cola EP, nous avons une politique de rétention de nos talents internes. Nous voulons montrer que l’industrie est moderne et attirer plus de talents féminins »

Investor Day 2022 table ronde 2

Travailler ensemble pour répondre aux enjeux et traverser les crises

 « Nous attendons que les pouvoirs locaux soient attentifs aux besoins des industriels, facilitent les échanges avec les administrations et portent nos messages au national. » résume Béatrice DUPUY, PDG Procter & Gamble France et Benelux

Globalement, les groupes présents en région demandent aux décideurs politiques locaux de poursuivre et d’intensifier leur accompagnement existant et de porter leurs demandes à l’échelle nationale voire européenne lorsque nécessaire. Un message que Xavier Bertrand, Président de la Région Hauts-de-France a bien entendu :

« Le Président de Région et le Conseil Régional sont vos avocats. Il faut se battre au national pour les entreprises implantées ici. Quel que soit votre nationalité, à partir du moment où vous êtes sur le territoire vous êtes des nôtres et je me battrai pour vous »

Conclusion de l

Concrètement, pour faire face aux enjeux précités, les entreprises attendent des pouvoir publics :

  • Plus de confiance, notamment dans la mise en place de leurs stratégies de transition écologique. Cette confiance passe notamment par un assouplissement de la législation qui plutôt que d’encadrer, s’avère parfois être un frein à la mise en place opérationnelle
  • Une clarification des dispositions règlementaires et législatives relatives au développement durable, mais aussi des dispositifs d’aides
    « Il est important de clarifier certaines dispositions règlementaires et législatives pour donner de la visibilité aux entreprises sur leurs obligations environnementales » Mickaël LOCOH, VP Europe du Sud & Afrique de Steelcase
    « Nous attendons des agences de #deveco un accompagnement sur les dispositifs d’aides, de nous aider à porter nos dossiers auprès des administrations » Béatrice DUPUY, PDG Procter and Gamble France et Benelux
  • Un travail collectif, notamment entre les acteurs de l’emploi et du logement, pour faire face à l’afflux parfois massif de travailleurs et donc de nouveaux habitants, comme cela risque d’être le cas avec l’implantation des 3 gigafactories
  • Une intensification de l’offre de formation disponible en région afin de renforcer l’attractivité de la région et d’attirer les talents

Des enjeux RH dont la Région Hauts-de-France est consciente et pour lesquelles elle a déjà mis plusieurs dispositifs en place tels que Proch’emploi :

« Aujourd’hui le grand défi régional, national et même international pour les entreprises, c’est le capital humain. En Hauts-de-France, nous mettons en place des outils sur mesure pour faire plus et mieux en matière de sourcing. » Xavier Bertrand, président de la Région Hauts-de-France

Bilan de l’événement 2022

Pour conclure, l’événement Investor Day tend à devenir un rassemblement majeur des sphères économiques, institutionnelles et politiques régionales. Il permet de porter la voie des groupes internationaux présents en région et mieux calibrer l’action des décideurs politiques. L’attractivité régionale n’est plus à prouver, mais les efforts qui nécessitent de la maintenir à un haut niveau sont un enjeu du quotidien.

Retrouvez les grands moments de cette journée sur notre livetweet.

Investor Day 2022 networking

Autres articles en lien