Avez-vous pensé à

consulter notre FAQ ?

À qui s’adressent les services de Nord France Invest ?

4 cas de figure :
  • Entreprises étrangères tous secteurs confondus souhaitant se développer en Hauts-de-France
  • Entreprises françaises n’ayant pas de site en Hauts-de-France
  • Entreprises des Hauts-de-France ayant un enjeu de transmission
  • Entreprises des Hauts-de-France détenues par des capitaux étrangers ayant un projet de développement
Nos services ne s’adressent pas aux :
  • Auto-entrepreneurs français ou internationaux
  • Entreprises françaises souhaitant exporter
  • Entreprises internationales cherchant uniquement des réseaux de distribution

Pourquoi faire appel à Nord France Invest ?

Nord France Invest vous fait bénéficier d’un accompagnement totalement personnalisé, gratuit et entièrement confidentiel. L’agence centralise pour vous toutes les informations nécessaires à l’évaluation de votre projet. Nous facilitons votre recherche de locaux, de partenaires ou de terrains. Nous organisons vos visites sur site. Nous accélérons votre mise en réseau avec vos futurs partenaires régionaux. Retrouvez les services détaillés de l’agence sur cette page.

Quels sont les projets sur lesquels nous pouvons vous accompagner ?

L’agence accompagne les projets d’investissement créateurs d’emplois. La nature des projets varie selon 3 cas principaux :
  • Les projets de création
  • Les projets d’extension de sites présents en région
  • Les projets de reprise d’entreprises régionales par des sociétés internationales
Les services de Nord France Invest ne s’adressent pas aux investissements capitalistiques.
Consultez la FAQ
Contact

Un projet d'implantation ?

Laissez-nous vos coordonnées et nous revenons vers vous par mail

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Top !
AccueilNos actualitésL’état des lieux des tensions sur le marché de l’emploi en Europe en 2022

L'état des lieux des tensions

sur le marché de l'emploi en Europe en 2022

La plupart des pays européens font actuellement face à une pénurie de main d’œuvre, pour diverses raisons. Cet article a pour ambition de vous aider à comprendre les tenants et aboutissants de cette tendance de sorte que vous puissiez identifier des solutions pour votre entreprise. Le cas particulier du Royaume-Uni sera étudié, afin de mieux cerner comment l’environnement post-Brexit influence cette tendance.
Date de publication Publié le 29.01.2023
Nord France Invest

Les taux de chômage en Europe
par pays

De larges disparités sont visibles au Royaume-Uni.

Pénuries de main d’œuvre
quelles en sont les causes profondes ?

Commençons par les bonnes nouvelles : les pénuries de main d’œuvre résultent de la forte croissance économique de ces dernières années. Bien que la crise de la Covid-19 ait marqué un arrêt brutal dans cette tendance positive, les pays se sont rapidement remis en route une fois les restrictions levées, ce qui signifie que les différents états européens sont au-dessus de la tendance pre-Covid. Le rythme de la reprise post-Covid était si important qu’il a d’ailleurs fortement contribué aux pénuries de main-d’œuvre et aux pressions inflationnistes apparaissant dans la plupart des secteurs de l’économie. Cela risque de durer longtemps : selon Sebastian Dettmers, Directeur Général de Stepstone, une plateforme de recrutement, cette situation n’est que le commencement d’une pénurie mondiale de main-d’œuvre.

 

Dans le cas du Royaume-Uni, les pénuries de main d’œuvre résultent des difficultés des entreprises britanniques à accéder à la main d’œuvre de l’UE à cause de mesures sur l’immigration liées au Brexit.

Les répercussions mondiales
des pénuries de main d’œuvre

Les pénuries de main d’œuvre obligent les entreprises du monde entier à repenser de manière durable leur chaine d’approvisionnement et à apporter les ajustements matériels nécessaires à leur processus de production.

Au Danemark, par exemple, 21 % des entreprises danoises ont dû refuser des commandes à cause des pénuries de main d’œuvre (source : étude initiée par le journal Berlingske).

Le phénomène se passe actuellement en Europe mais également de l’autre côté de l’Atlantique dans de multiples secteurs tels que la santé, les transports, l’hôtellerie ou encore l’informatique. A cela s’ajoute les vagues de démissions qui ont eu lieu au début de la pandémie, aussi appelé « La Grande Démission », ce qui impacte la capacité des entreprises à attirer et retenir les talents pour pérenniser leur activité. Cela ne disparaitra pas du jour au lendemain : 1 employé sur 5 dans le monde souhaite démissionner en 2022 (Source : Le sondage « Global Workforce Hopes and Fears » de PwC, menée auprès de plus de 52 000 travailleurs dans 44 pays et territoires)

 

Pour ne rien arranger, la population dans les pays développés est vieillissante. Cette tendance se répercute directement sur les entreprises puisque cela réduit le volume de personnes en âge de travailler et ainsi augmente la compétition entre ces dernières pour accéder aux talents.

(Source : OCDE) Le pourcentage de personnes en dessous de 15 ans est en déclin en Chine, passant de 18,66 % en 2010 à 17,6 % en 2021. Dans l’UE, ce pourcentage était de 18,98 % en 2010 et de 17,60 % en 2021.

A l’inverse, le pourcentage de personnes au-dessus de 65 ans en Chine est en augmentation, allant de 14,41 % en 2010 à 16,83 % en 2021. L’Union européenne fait face à une tendance similaire avec 14,41 % en 2010 et 20,98 % en 2021.

🇳🇱 Zoom sur les pénuries de main d’œuvre au Pays-Bas

Le taux de chômage au Pays-Bas était de 3,6 % en juillet 2022 (Source : Le Monde), ce qui est relativement faible. De ce fait, même avant la crise de la Covid-19, les entreprises peinaient déjà à trouver de la main d’œuvre qualifiée, notamment dans la santé, le bâtiment ou encore l’informatique. Durant la période de reprise post-Covid, ces pénuries de main d’œuvre se sont étendues à tous les secteurs d’activité, avec 106 offres d’emploi pour 100 demandeurs d’emploi.

🇧🇪 Zoom sur les pénuries de main d’œuvre en Belgique

Le taux de chômage en Flandres était de 5,8 % en juillet 2022, bien que ce ne soit pas forcément la cause de ces pénuries de main d’œuvre.

600 entreprises ont été sondées par Voka, une association patronale pour les entreprises belges. 2 entreprises sur 3 font face à des difficultés de recrutement. Ce phénomène est encore plus présent dans les grandes entreprises (plus de 250 employés).

Non seulement cela impactera leur chiffre d’affaires mais également ralentira leur croissance.

Source: VRT

🇬🇧 Zoom sur les pénuries de main d’œuvre au Royaume-Uni

Le cas du Royaume-Uni est assez particulier puisque ces pénuries de main d’œuvre sont apparues au moment de la sortie du pays de l’Union européenne. Cet événement a engendré de nouvelles règles qui ont affecté l’économie au sens large, mais également les recrutements.

Voici quelques chiffres clés à garder en tête :

  • Le taux de chômage des 16 à 65 ans était de 3,8 % entre avril et juin 2022 (Source : Office for National Statistics)
  • Le taux d’inactivité des 16 à 65 ans était de 21,4 % entre avril et juin 2022 (Source : Office for National Statistics)
  • Ces pénuries de main d’œuvre engendrent des augmentations de salaires dans certains secteurs. Par exemple, Andrew Baxter, Directeur Général de l’entreprise de logistique britannique Europa Worldwide, déclare qu’il a dû augmenter les salaires de ses chauffeurs routiers d’environ 20 %.
  • Le Brexit allié à la Covid-19 a réduit le nombre de talents de l’UE disponibles pour les entreprises britanniques. Le solde migratoire des citoyens de l’UE vers le Royaume-Uni est devenu négatif en juin 2022 (Source : ONS). Même si les effets de la pandémie s’estompent, de nouvelles mesures liées à l’immigration rendent plus difficile l’accès à la main d’œuvre européenne pour les entreprises britanniques.

 

Le Royaume-Uni manque actuellement de chauffeurs routiers, de serveurs et de personnel hôtelier. Cependant, la liste est en passe de s’étendre à de nombreux autres secteurs de l’économie.

 

Nord France Invest a collaboré avec Bob Hancké, professeur agrégé en politique économique à la London School of Economics and Political Science, et Laurenz Mathei, co-fondateur et directeur général du cabinet en consulting PEACS, pour produire une analyse technique et gratuite. Cette dernière a pour objectif de faire un état des lieux sur l’impact du Triple Choc sur les échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Selon les auteurs, l’un des secteurs les plus impacté est celui des services. Les changements liés aux règles d’immigration obligent désormais les citoyens de l’UE d’avoir un Visa et un permis de travail pour travailler au Royaume-Uni. Cela implique un processus long et fastidieux pour tout processus de recrutement.

Pour vous donner une idée : « Un groupe de cinq musiciens en tournée dans six pays de l’UE, par exemple, peut être amené à remplir jusqu’à 60 formulaires individuels (5 personnes X 6 pays X 2 formulaires, l’un pour le visa et l’autre pour le permis de travail) et à traiter souvent avec plusieurs autorités nationales ayant des capacités variables de traitement rapide des demandes. »

De plus, il n’y a pour le moment aucune reconnaissance pour certaines professions réglementées, telles que les avocats. De ce fait, si l’UE et le Royaume-Uni ne négocient pas d’accords de reconnaissance bilatéraux, les personnes devront se requalifier.

Un sondage effectué par la French Chamber of Great Britain en 2022 a révélé que 65 % des répondants estimaient que la difficulté d’accès aux talents ainsi que les coûts supplémentaires qu’impliquent ces recrutements représentaient les principales conséquences du Brexit. De plus, 17,6 % d’entre eux ont réduit leurs effectifs à cause du Brexit et 12,2 % d’entre eux ont prévu de le faire dans le 12 mois à venir.

Zoom sur le secteur financier

Le secteur financier est fortement dépendant de la main d’œuvre européenne, qui représente 19,5 % de ses effectifs. Selon Vis Raghavan, Directeur Général Adjoint chez JP Morgan, un vivier de talents en baisse associé à la relocalisation de nombreux professionnels illustre parfaitement la crise à laquelle fait face le secteur financier. (Source : Les Echos)

Ceci est le résultat de l’allongement des durées et de l’augmentation des coûts pour obtenir un Visa. En effet, les entreprises doivent payer au préalable 1 000£ par an l’Immigration Skills Charge pour le Visa.

L’impact des pénuries de main d’œuvre sur les investissements

En définitive, les pénuries de main d’œuvre actuelles en Europe auront ou ont déjà un impact important sur le chiffre d’affaires des entreprises, ce qui peut entrainer une chute brutale des investissements.

En effet, 22% des entreprises du secteur financier au Royaume-Uni estiment que les pénuries de main d’œuvre représentent une contrainte pour les investissements.

Selon ce même sondage :

  • 22 % des entreprises britanniques spécialisées dans le secteur financier estiment que les pénuries de main d’œuvre sont une contrainte pour les investissements (Source : Les Echos)
  • 5 % des entreprises qui ont participé à ce sondage ont réduit leurs investissements au Royaume-Uni à cause du Brexit (Source : Franco British Business Dashboard)
  • Et 12 % ont prévu de faire cela dans les 12 mois à venir (Source : Franco British Business Dashboard)

Un sondage met en lumière une diminution des emplois créés par les investissement des entreprises étrangères au Royaume-Uni :

Source : Franco British Business Dashboard (2022)

En France
Y-a-t-il des pénuries de main d’œuvre ?

La France est l’un des pays qui a été épargné par les pénuries de main d’œuvre.

Pour vous donner une idée, durant la seconde moitié de l’année 2021, il y avait 7,5 offres d’emploi pour 100 demandeurs d’emploi. (Source : Les Echos)

Le cas particulier de la Région Hauts-de-France

Intéressons-nous au cas des Hauts-de-France. La région est localisée à 1h20 de Londres en train, à une heure de Paris et à 35 minutes de Bruxelles.

Voici quelques chiffres clés concernant la main d’œuvre disponible immédiatement dans différents secteurs (Source : Pôle emploi) :

K

demandeurs d’emploi dans l’industrie

K

demandeurs d’emploi dans la logistique

K

demandeurs d’emploi dans les services

Une main d’œuvre extrêmement qualifiée

Avant tout, les Hauts-de-France proposent un large éventail d’écoles, d’universités et de centres de formation :

  • 7 universités
  • Plus de 40 centres de formation spécialisés. Parmi eux, 21 écoles d’ingénieur, 16 écoles de commerces et
  • 67 écoles spécialisées (en art, en design, en communication, en journalisme, en architecture et en multimédia)
  • 10 % des ingénieurs en France sont formés en Hauts-de-France
  • Des programmes de formation totalement adaptés aux besoins des ressources humaines

9 % de la population étudiante est localisées dans la région, ce qui représente environ 230 000 étudiants, propulsant les Hauts-de-France à la deuxième place des territoires les plus attractifs pour l’éducation. (Source : ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’Innovation)

🔎 En savoir + sur l’accès aux talents en Hauts-de-France

 

Les grandes entreprises font confiance à la main d’œuvre en Hauts-de-France

Selon David Caron, directeur de site chez Häagen Dazs, l’une des raisons majeures pour laquelle l’entreprise a choisi les Région Hauts-de-France est liée à la qualité de la main d’œuvre ainsi que sa disponibilité.

« La main d’œuvre en Hauts-de-France est reconnue pour son engagement et pour sa loyauté »

 

Les Hauts-de-France ont tous les atouts pour assurer une croissance durable

L’ensemble des pays européens a été affecté d’une manière ou d’une autre par les pénuries de main d’œuvre. Globalement, cela engendrera des conséquences notables sur le chiffre d’affaires des entreprises, ce qui entrainera une baisse des investissements. Pour le Royaume-Uni, ces tendances ont été exacerbées par le Brexit (mesures commerciales entre l’UE et le Royaume-Uni, le besoin de Visa et de permis de travail).

La France est l’un des pays qui a été épargné. Les Hauts-de-France en particulier représentent un lieu de refuge pour les entreprises en quête d’opportunités de développement. La Région semble être l’option la plus sûre pour les entreprises britanniques qui souhaitent continuer à accéder au marché européen.

Nord France Invest est l’Agence de Promotion économique pour la Région Hauts-de-France et propose d’aider les entreprises à capitaux étrangers à s’implanter dans la région, et ce, de manière gratuite et confidentielle.

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez pour perspective de vous implanter en Hauts-de-France.

Vous souhaitez être accompagné
pour votre projet ?

  • 01Sélectionnez votre type d'investissement
  • 02Parlez-nous de votre projet
  • 03Nous vous recontactons dans les 48h
Expliquer mon projet
Vous souhaitez être accompagné

Pas le temps ?
Nous vous recontactons

Nous revenons vers vous au plus vite pour répondre à vos interrogations concernant votre projet de développement.

Découvrez d'autres
articles en relation