L’industrie automobile en Hauts-de-France

Les Hauts-de-France sont la 1ère région automobile française en termes de production de véhicules. A moins d’une journée de transport se trouvent les 2/3 des constructeurs automobiles européens, ainsi que leurs sous-traitants. L’emplacement est idéal pour implanter votre activité, trouver vos partenaires et pénétrer le marché.

L’industrie automobile en Hauts-de-France

Les Hauts-de-France sont la 1ère région automobile française en termes de production de véhicules. A moins d’une journée de transport se trouvent les 2/3 des constructeurs automobiles européens, ainsi que leurs sous-traitants. L’emplacement est idéal pour implanter votre activité, trouver vos partenaires et pénétrer le marché.

Sommaire

Les Hauts-de-France : 1ère région automobile française

Chiffres clés de la filière automobile en région

  • 3 constructeurs mondiaux présents sur 7 sites de construction : Toyota, Renault et PSA
  • Plus de 550 fournisseurs, sous-traitants et prestataires automobiles
  • Plus de 56.000 salariés dans la filière dont :
    • 40.000 personnes dans l’industrie automobile
    • 16.000 personnes sur les sites de constructeurs
  • 31% de la production nationale de véhicules, soit 700.000 voitures construites par an
  • 40% de la production nationale de moteurs et de boîtes de vitesses, soit 1,4 millions de boîtes de vitesses et 610.000 moteurs
  • Près des 2/3 des constructeurs européens à moins de 600 km.

Une position idéale pour votre développement commercial

50% de la production européenne de véhicules automobiles se trouve dans un rayon de 600 km autour des Hauts-de-France.

7 sites de construction automobile

Les Hauts-de-France comptent 7 sites de construction de véhicules automobiles :

  1. Toyota : Yaris, Yaris Cross
  2. Renault Douai : Scenic, Grand Scenic, Talisman et Espace
  3. Sevelnord (Peugeot Citroën, Opel, Vauxhall et Toyota) : assemblage de véhicules utilitaires légers (Peugeot Expert, Citroën Jumpy, Opel Vivaro, Vauxhall Vivro et Toyota ProAce) et de véhicules pour le transport de personnes (Peugeot Traveller, Citroën SpaceTourer, Opel Zafira Life, Vauxhall Vivaro Life et Toyota ProAce Verso)
  4. Renault Maubeuge (MCA) : Kangoo, Mercedes CITAN, Nissan NV250
  5. PSA Valenciennes : boîtes de vitesses
  6. Française de Mécanique : moteurs
  7. Renault Ruitz (STA) : boîtes de vitesses

Une grande concentration d’équipementiers automobiles

L’ampleur de l’industrie automobile dans l’Euro-Région, donne aux fabricants automobiles un accès facile à une grande variété de sous-traitants et de services connexes. Les Hauts-de-France comptent plus de 200 équipementiers de rang 1, 2 ou 3. Ainsi, la région réunit toutes les activités liées à l’automobile (pare-chocs, pare-brise, pneumatique, alternateur, embrayage, pièce de carrosserie aboutie, etc.) La diversité de cette offre permet aux fabricants de bénéficier des politiques d’achat les plus rentables.

Le poids des Hauts-de-France dans l’industrie automobile européenne

La région Hauts-de-France représente :

  • 2,8 % de la production européenne de véhicules automobiles (700.000 véhicules en 2017). À titre de comparaison, l’Italie dans son ensemble ne produit que 3,3 % de la production européenne, et la Belgique 2,5 %
  • 42,8 % de la production française de voitures pour particuliers de Renault
  • 44,5 % de la production européenne de Toyota
  • 40 % de la production française des moteurs (+600.000 moteurs produits par an)

Les derniers investissements automobiles industriels en Hauts-de-France

investissement Toyota en Hauts-de-France

TOYOTA

1,5 milliard € d’investissements depuis la décision d’implantation à Valenciennes en 1997


Découvrir la timeline

RENAULT

450M€ d’investissement sur 5 ans pour augmenter sa production


Lire l'article

PSA GROUP

90 millions € pour la production, sous licence, des boîtes de vitesse AET6 de l’équipementier japonais Aisin


Voir l'article

previous arrow
next arrow
Slider

Témoignages de dirigeants automobiles

témoignage Olivier Silva Renault Maubeuge

Groupe Renault-Nissan (MCA)

Créée en 1969 à Maubeuge, la société des usines Chausson est rachetée en 1977 par Renault. M. Olivier Silva, Directeur de l’usine Maubeuge Construction Automobile, interviewé en juillet 2019, explique quels atouts des Hauts-de-France lui permettent de rester compétitif.

Quel est, selon vous, le meilleur atout des Hauts-de-France ?

“Une fois en poste, on réalise vite en tant que directeur d’usine dans les Hauts-de-France, que la situation est particulièrement favorable à l’export. Nous nous situons au carrefour de l’Europe, avec comme voisins l’Angleterre, l’Allemagne et le Benelux. La multi-modalité est également le point fort de la région, au niveau des ruptures de charge fleuve, route, rail. La culture industrielle et surtout automobile est également très présente dans la région, ce qui favorise les actions entre les partenaires.”

Pouvez-vous nous parler de votre productivité ?

“En matière de productivité, MCA détient le record des usines France avec 100 véhicules par salarié produits par an. Notre productivité est presque deux fois plus élevée que la moyenne des usines de carrosserie-montage en France (le groupe Renault vise 60 à 90 véhicules d’ici 2020 pour l’ensemble de ces usines, NDLR.). Cette productivité et la qualité de la production expliquent la venue de Daimler.”

Auriez-vous des conseils pratiques à donner à une entreprise internationale souhaitant s’implanter dans la région ?

“Pour s’implanter durablement dans les Hauts-de-France, il faut nouer des liens avec le tissu économique et institutionnel local. Cela permet de tirer parti rapidement des points forts de la région, comme la main d’œuvre par exemple.”

Toyota Valenciennes

Implantée en 2001 avec l’objectif de créer 2.000 postes, Toyota a façonné le paysage industriel régional. En presque 20 ans, l’usine a sorti plus de 3,8 millions de véhicules et doublé ses effectifs. Entretien avec Luciano Biondo, Président de Toyota Valenciennes (2017-2020).

Pouvez-vous nous expliquer les raisons du succès de la Toyota Yaris?

“La performance de l’usine repose d’abord sur le succès commercial de la Yaris. Aujourd’hui, la Yaris est la voiture compacte la plus produite en France. […]

La deuxième raison du succès repose sur notre équipement et nos infrastructures. Notre site est très compact et est de 20 % à 30 % plus petit qu’un site qui produit une voiture du même segment.

La 3ème raison réside dans l’engagement et la motivation des équipes. […] Cela s’explique par la qualité du dialogue social, que l’on peut qualifier de responsable et apaisé.”

Pouvez-vous nous préciser votre contexte concurrentiel ?

“Le coût de la main d’œuvre est plus cher. Mais ce coût est clairement compensé par l’implication des opérateurs et le climat social. Nous avons gagné 20 % de productivité en 4 ans. De plus les coûts logistiques sont moindres et plus maîtrisés que si nous étions basés dans un autre pays européen. Nous sommes au cœur de notre marché.”

Qu’est-ce qui différencie votre site en Haut-de-France des autres ?

“L’atout est géographique : quand on trace un cercle de 300 km, on touche 110 millions d’habitants essentiellement citadins. Le dynamisme des collectivités locales, agglomérations, département, Région est à souligner. Elles défendent l’emploi industriel et nos projets.”

témoignage PJ Eraud Goodyear

Dunlop Goodyear Amiens

L’usine de pneumatiques Dunlop Goodyear est installée à Amiens depuis 1958. Pierre-Jean Eraud, Directeur de fabrication du site, a livré à NFI en mai 2019, quelques facteurs du maintien de son activité en région et son regard sur ses salariés.

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots votre site de production ?

“À l’origine, le site d’Amiens a été choisi en raison de son positionnement stratégique. Il pouvait desservir de nombreuses villes où les constructeurs automobiles étaient présents : Douai, Maubeuge, Sandouville. Sa proximité avec les régions de Lille et de Paris permettait de brasser une large zone de chalandise et d’optimiser les coûts logistiques.”

Quels sont les facteurs qui expliquent le maintien de votre activité dans les Hauts-de-France ?

“Le maintien de l’usine s’explique par un bon positionnement de notre production : nous avons trouvé un équilibre entre un taux horaire élevé et la productivité de l’usine permettant ainsi de rester dans la tranche admise par le groupe sur l’Europe. Nous avons le même coût de revient que les usines basées en Turquie ou dans les pays de l’Est.”

Votre regard sur vos salariés ?

“Ils sont pro-actifs, curieux, dynamiques. Il se dégage aussi un sentiment de fierté de travailler dans une filière historique. Et cela n’est jamais très difficile de trouver des effectifs pour réaliser heures supplémentaires.”

De la main-d’oeuvre disponible, qualifiée et compétitive

En Hauts-de-France, l’industrie automobile est un secteur historique. Les salariés font bénéficier leurs entreprises d’un véritable savoir-faire et sont fortement engagés dans leur unité de production. Bénéficiez d’une main d’oeuvre qualifiée, issue d’un bassin d’emploi de 50.000 personnes en disponibilité immédiate.

La formation automobile en Hauts-de-France

Pour conserver son leadership, la région Hauts-de-France forme une partie des meilleurs ingénieurs automobiles français. Elle dispose d’établissements d’excellence à tous les niveaux de formations, permettant aux constructeurs et équipementiers automobiles de recruter facilement des employés qualifiés.

  • Bac professionnel
  • BTS
  • DUT
  • Licences professionnelles
  • Formations d’écoles spécialisées

Parmi les 24 écoles d’ingénieurs présentes en région, voici une sélection de formations d’excellence, dédiée à l’industrie automobile :

ENSAM - Ingénierie des véhicules de transports terrestres
- Systèmes mécatroniques pour l’innovation industrielle
École Centrale Lille - Génie des systèmes de production
- Mécanique avancée
INSA - Master international en transport et énergie
- Mécatronique
- Mécanique énergétique
UTC Compiègne - Maintenance des systèmes pluritechniques
- Mécanique Acoustique et Matériaux
- Heuristique et Diagnostic des Systèmes Complexes
- Actionneurs électriques et système de motricité à énergie embarquée
HEI - Génie mécanique et design
- Maîtrise en technologies innovantes pour les systèmes de transport.
POLYTECH’ LILLE - Génie Mécanique
- Informatique Microélectronique Automatique
École des Mines de Douai - Ingénierie mécanique
UPJV - Génie mécanique et productique
- Optimisation des systèmes
- Mécanique numérique et conception

LE COÛT DU TRAVAIL DANS L’INDUSTRIE AUTOMOBILE

Le saviez-vous ? Depuis 2016, en raison d’accords de branche, le coût horaire de la main d’oeuvre est moins cher en France (38,3 euros) qu’en Allemagne (38,8 euros). (Source: INSEE, 2018)

Moyenne du temps de travail dans l'industrie en 2018

Source : Eurostat

Focus sur la productivité : PIB par heure travaillé en 2018

Source : Eurostat

Toute la filière automobile des Hauts-de-France soutenue par l’ARIA

Créée en 1996, L’ARIA (Association Régionale de l’Industrie Automobile) fédère et promeut la filière automobile en Hauts-de-France, en contribuant au développement de la compétitivité des entreprises par des actions ciblées et en travaillant l’image de la filière en région pour renforcer son attractivité.

Elle regroupe près de 180 adhérents (constructeurs, équipementiers, fournisseurs, acteurs de la formation et de la recherche).

 

LES SOLUTIONS APPORTÉES AUX ENTREPRISES

 

  • Compétitivité et performance : conseils, accompagnement et formation, évaluation des performances et groupement d’achats
  • Innovation : recherche de partenaires, financement et montage de projets R&D
  • Veille et intelligence économique avec la plateforme de veille Cléo et des études de la Banque de France
  • Réseautage et business : application du business collaboratif, avec mise en relation lors d’évènements (conférences, forums, speed dating entreprenariaux, etc.)
  • Internationalisation : mise en relation avec des partenaires européens et internationaux, missions à l’étranger et FEAL

Zoom sur... le FEAL, événement automobile international à Lille

Tous les 2 ans, depuis 2013, l’ARIA organise le FEAL (ou Forum Européen Automobile de Lille), un événement à la portée internationale, avec pour objectif immuable : anticiper toutes les évolutions automobiles en France, en Europe et à l’international. Lieu de nombreuses conférences et de workshops, le FEAL est vrai coup de projecteur sur tous les acteurs de la filière automobile en Hauts-de-France : constructeurs, startups, sous-traitants, associations, clusters, centres de recherche, institutions, etc.

En savoir plus sur le FEAL :

Le Technopôle TRANSALLEY, une solution clé en main pour les entreprises automobiles

Lieu dédié aux entreprises innovantes, aux activités de R&D et aux acteurs de la mobilité durable et innovante, Transalley est un technopôle d’ambition internationale. Il conjugue formation, recherche et innovation en connexion directe avec l’Université Polytechnique Hauts-de-France (UPHF).

On y trouve notamment :

  • des laboratoires de recherche appliquée
  • des plateformes technologiques
  • des espaces communs pour les entreprises, les chercheurs et les universités, comme un Business Hub pour les entreprises innovantes à Valenciennes

R&D de la filière automobile en Hauts-de-France

Les Hauts-de-France entendent maintenir leur position de leader automobile en France, en plaçant l’innovation au cœur de la filière. Les constructeurs et équipementiers automobiles peuvent compter sur un pôle de compétitivité de classe mondiale, sur des laboratoires R&D et des centres de recherche privés, pour accélérer leurs projets innovants.

L’ELSAT est le cluster scientifique automobile de la région Hauts-de-France. Il est le coordinateur régional de la recherche automobile. Ce consortium réunit des établissements et des organismes scientifiques des Hauts-de-France, autour de la problématique du transport et de la mobilité durables.

L’ELSAT, en quelques chiffres clés :

  • 1 consortium de 16 partenaires
  • 400 chercheurs, ingénieurs et techniciens
  • 27 laboratoires
  • 1 Fédération de Recherche CNRS Transports Terrestres et Mobilité
  • 2 centres de développement technologique

Parmi les programmes de recherche liés à l’industrie automobile, on retrouve notamment :

  • L’humain dans les transports : autonomie, protection et sécurité pour tous
  • L’optimisation des systèmes de mobilité et de logistique
  • Les nouveaux matériaux et les concepts structuraux
  • Le dimensionnement et la performance des fonctions véhicule
  • La mobilité et l’accessibilité durables à la croisée de l’économique, du juridique et du social
  • Les technologies de l’information et les changements de comportements

En savoir plus sur l’ELSAT

Pôle de compétitivité des transports, de la mobilité et de la logistique, i-Trans est un atout considérable pour le territoire des Hauts-de-France. Il propose aux entreprises et laboratoires des services pour faire émerger, structurer et financer de nouvelles capacités de recherche et développement. Le pôle accompagne et labellise des projets de R&D collaboratifs, notamment dans le domaine automobile.

En savoir plus sur I-TRANS

Le Centre de Recherche d’Innovation Technique et Technologique en Moteurs et Acoustique Automobile (CRITT M2A) est la concrétisation de la volonté des différents acteurs du secteur, d’avoir accès à un équipement de recherche et de test de haute technologie au sein d’un centre d’essai indépendant. Pour répondre aux besoins des constructeurs, des équipementiers et des universitaires, il a été pensé, conçu et réalisé autour de 4 activités stratégiques :

  • Un centre d’essais turbocompresseurs
  • Un département moteurs
  • Un département acoustique et vibrations
  • Un département d’essais électriques

En savoir plus sur le CRITT M2A

Le Centre Technique des Industries Mécaniques (CETIM) a été créé en 1965, à la demande des industriels de la mécanique afin d’apporter aux entreprises des moyens et des compétences pour

  • Accroître leur compétitivité
  • Participer à la normalisation
  • Faire le lien entre la recherche scientifique et l’industrie
  • Promouvoir le progrès des techniques
  • Aider à l’amélioration du rendement et à la garantie de la qualité

En savoir plus sur le CETIM

Acteur majeur en Europe, le CREPIM est un laboratoire européen qui garantit et valide les performances de sécurité incendie des matériaux et assemblages, pour tous les secteurs concernés par la sécurité incendie. Comment ? En mettant à disposition des entreprises un ensemble de moyens, pour que leurs matériaux répondent aux exigences européennes de sécurité incendie, tous les secteurs d’application confondus.

Afin de mieux répondre aux besoins conjoints de développement et d’essais, l’activité du CREPIM s’est structurée autour de 4 pôles :

  • Essais
  • Certification
  • Développement
  • Formation

 En savoir plus sur le CREPIM

Expert technique auprès des autorités françaises, l’UTAC CERAM est un centre technologique qui s’est doté de plusieurs missions complémentaires :

  • Suivi de l’évolution des réglementations, grâce à une participation active aux groupes de travail dédiés aux évolutions réglementaires mondiales (CEE-ONU) et européennes (UE) via les instances de Genève et de Bruxelles
  • Compilation des réglementations mise à jour en temps réel, en deux langues : français et anglais
  • Réalisation des essais réglementaires en vue d’homologation (M, N, O, L, T) ou dédiés à la sécurité et à l’environnement
  • Rédaction des dossiers d’homologation et/ou réception
  • Conformité de production
  • Aide à la constitution du fichier Constructeur en vue d’immatriculation en France

En savoir plus sur l’UTAC CERAM

L’université Gustave Eiffel est l’un des acteurs majeurs de la recherche européenne sur les technologies des transports. Elle regroupe un quart de la recherche française sur la thématique de la ville et des transports.
Le campus de Lille (Villeneuve-d’Ascq) dispose de 2 départements :

  • L’évaluation des systèmes de transports automatisés et de leur sécurité
  • Laboratoire électronique ondes et signaux pour les transports 

En savoir plus sur l’Université Gustave Eiffel